C'est pas mon idée !

jeudi 2 septembre 2021

La banque ouverte au service de la conformité

Flinks
Dans la jungle (mondiale) des agrégateurs de données bancaires, la canadienne Flinks fait un peu bande à part, en ayant, depuis son origine, choisi de proposer à ses clients une information enrichie, pour des besoins spécialisés. Aujourd'hui, elle décline son approche avec une solution dédiée à la conformité d'entreprises réglementées.

En l'occurrence, la cible adressée englobe tous les secteurs dans lesquels des restrictions ou, à tout le moins, des exigences de transparence s'appliquent aux collaborateurs – dans leur ensemble ou uniquement ceux exerçant une activité sensible, selon les cas – concernant leurs investissements. Outre, naturellement, le domaine financier, divers métiers juridiques, certains cabinets d'audit et de conseil, l'industrie pharmaceutique… figurent potentiellement parmi les sociétés soumises à des contraintes de ce genre.

Dans la plupart des organisations, les processus de collecte et de contrôle des informations sont largement manuels et reposent sur une analyse de justificatifs imprimés transmis par les employés. Afin de mettre un terme à ce gaspillage d'énergie et de ressources, totalement improductif mais absolument incontournable, voici donc Flinks for Compliance, qui permet d'accélérer et de rendre plus fiable les traitements à effectuer, de simplifier le parcours des déclarants et d'améliorer l'efficacité opérationnelle.

Flinks for compliance

En pratique, les collaborateurs sont invités à connecter leurs comptes d'investissement via la plate-forme d'agrégation de la jeune pousse. Les algorithmes de cette dernière analysent alors les transactions enregistrées et leur associent automatiquement les caractéristiques financières utiles, telles que le code de valeur. De son côté, le responsable de la conformité dispose d'un tableau de bord consolidé, prêt à l'emploi, sur lequel il peut facilement, grâce à un puissant moteur de recherche, vérifier qu'aucune infraction n'a été commise, par exemple par rapport à une liste des titres surveillés.

Cet exemple, presque trivial, d'utilisation des données bancaires ne changera évidemment pas la face du monde. Incidemment, il mériterait probablement d'être peaufiné, notamment de manière à assurer la confidentialité des informations transmises (ce qui ne relève pas d'une entorse aux règles devrait rester invisible). Cependant, il apporte une nouvelle démonstration des innombrables opportunités que recèle l'ouverture des systèmes et dont la surface n'a été, pour l'instant, qu'à peine effleurée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)