C'est pas mon idée !

samedi 7 novembre 2020

Younited adapte le crédit à l'économie servicielle

Younited
Pour le lancement de ses nouvelles Xbox, Microsoft a conclu [PDF] un partenariat avec Younited afin de proposer à ses clients d'acquérir leur console de jeu, accompagnée de l'accès au catalogue de titres associé, moyennant le versement d'une redevance mensuelle. Derrière l'offre de crédit, c'est un autre modèle de consommation qui se dessine.

À quelques jours de leur commercialisation officielle, l'option de financement figure de manière proéminente sur le site de présentation des prochaines générations de Xbox. Disponible seulement auprès d'une sélection de distributeurs (qui devrait s'étendre progressivement, y compris dans d'autres pays européens), celle-ci est plutôt alléchante, avec son coût de 32,99 euros par mois pendant 24 mois pour une Series X, incluant l'abonnement aux jeux pour la même durée, sans apport initial et à taux d'intérêt nul.

Pour l'acheteur, voilà une manière radicalement différente d'envisager la conquête de l'objet de ses rêves, dont la composante matérielle n'est, en réalité, qu'un support sans valeur intrinsèque, surtout dans le contexte actuel qui voit s'imposer les plates-formes de jeu dans le cloud. Il n'est plus nécessaire d'investir (une somme conséquente, en comparaison du budget moyen de nos concitoyens), c'est une souscription supplémentaire qui vient s'ajouter à ses dépenses récurrentes, aux côtés de ses forfaits de téléphonie, de musique, de vidéo à la demande…, à un niveau de prix similaire.

Xbox All Access

Naturellement, en dépit des ressemblances (qui peuvent suffire à séduire la cible visée), l'analogie n'est pas (encore ?) complète. Le dispositif reste ancré sur un principe d'acquisition du matériel, et son propriétaire n'a pas toute la liberté que lui confèrerait une vraie approche de location. Quand bien même Microsoft intègrerait dans ses conditions une faculté de remboursement anticipé, la dénonciation du contrat ne sera jamais, en l'état, aussi simple que dans le cas d'une véritable offre sans engagement.

Ce sont évidemment les technologies modernes, et, en l'occurrence, leur parfaite maîtrise par Younited, qui rendent possible, aujourd'hui, une telle évolution vers une économie de services généralisée. La capacité, par exemple, à identifier le consommateur et à mesurer presque instantanément son risque de défaut, en boutique ou en ligne, en réduisant au maximum les frictions sur son parcours, constitue un facteur critique pour la viabilité du système et son immersion transparente au cœur de l'expérience utilisateur.

Dans cette perspective, le choix de Microsoft de collaborer avec une jeune pousse plutôt qu'avec un des géants du crédit à la consommation pour cette opération de grande ampleur est extraordinairement révélateur du retard tragique que prennent ces derniers. Outre qu'ils paraissent incapables de s'aligner de manière crédible sur le plan de l'efficacité opérationnelle, il est à craindre qu'ils n'aient pas encore totalement assimilé la mutation du monde « digital » et les changements de comportements qu'elle entraîne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)