C'est pas mon idée !

vendredi 11 septembre 2020

Pas d'avenir sans API

Alpaca
Prenant l'exemple d'Alpaca, jeune pousse spécialisée dans le trading, un récent article de TechCrunch se penche sur la popularité croissante des modèles de distribution à base d'API, notamment auprès des investisseurs. Mais, plus profondément, cet engouement répond aux enjeux auxquels toutes les entreprises sont confrontées aujourd'hui.

Bien qu'elle soit encore minuscule en comparaison des plates-formes destinées directement aux consommateurs, telles que celles de Robinhood, de E*Trade ou des grandes banques de Wall Street, Alpaca voit son volume de transaction progresser à un rythme exponentiel avec son approche consistant à publier des interfaces permettant à quiconque – entreprise ou simple particulier – d'intégrer en quelques lignes de code un module de trading sans commissions au sein de sa propre solution.

Tandis que le recours à des partenaires afin d'assembler ou enrichir une offre globale n'a rien de très nouveau ni d'original, comment expliquer un tel succès, qui se retrouve de plus en plus fréquemment dans toutes sortes de domaines, de la finance ou autre ? En réalité, ce sont une multitude de facteurs complémentaires, émanant de l'évolution conjointe des possibilités technologiques et des attentes des clients, qui convergent presque naturellement vers l'avénement prochain de l'économie des API.

Le premier d'entre eux est lié à l'inexorable dispersion du marché que suscite l'idée que les services peuvent, et doivent, être mis à disposition de leur cible finale dans le contexte où le besoin émerge : par exemple, les commerçants désirent embarquer des fonctions de crédit dans leur e-boutique. Une myriade d'opportunités s'ouvrent alors aux acteurs qui proposent d'ajouter des capacités additionnelles pertinentes à un produit existant, sans complication, sans requérir au préalable une expertise spécifique.

Accueil Alpaca

Autre considération majeure, le monde moderne et ses exigences de réactivité imposent aux entreprises une agilité extrême. Il leur faut désormais savoir répondre aux demandes de leurs clients en un minimum de temps et lancer des expérimentations rapidement et à moindre coût. Pour ce faire, rien ne vaut une « vraie » plate-forme d'API, qui, outre ses interfaces faciles à exploiter, comprend un environnement de test prêt à l'emploi, des options d'essai gratuit, une approche contractuelle standardisée (et dématérialisée)…, concourant, ensemble, à une prise en main sans délais et sans frictions.

Enfin, il reste à évoquer la prise de pouvoir du logiciel dans tous les recoins de nos activités, qui entraîne avec elle la nécessité pour le marketing de s'adresser aussi, sinon d'abord, aux développeurs lorsqu'il s'agit de vendre une solution. Et si l'injonction concerne en priorité les professionnels, qui, de plus en plus, œuvrent autant dans des directions opérationnelles que dans les DSI, elle touchera bientôt tout le monde, grâce aux outils de programmation sans code (à commencer par IFTTT et ses équivalents).

Face à la transformation en cours, les institutions financières n'ont résolument plus le choix que d'embrasser la transition vers les API, et il n'est pas uniquement question d'utiliser celles qui leur donnent l'occasion de compléter leurs catalogues. Dans tous leurs métiers, que leurs stratégies incluent déjà ou non des collaborations avec des sociétés tierces, elles doivent impérativement adapter leurs propres modèles de distribution car, demain, une grande partie de leurs clients préféreront une forme de relation correspondant mieux à leurs préférences, qu'ils trouveront ailleurs…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)