C'est pas mon idée !

vendredi 19 juin 2020

Une autre perspective sur l'évolution du travail

Google
Face à l'automatisation galopante, à la prolifération des robots physiques et logiciels, aux promesses de l'intelligence artificielle… qui, selon les plus pessimistes, présagent d'une destruction massive d'emplois, s'exprime souvent l'idée qu'il faut surtout s'attendre à des changements profonds dans la nature des métiers dont la société aura besoin.

Au lieu de s'arrêter, comme la plupart des études menées jusqu'à maintenant, à une évaluation du risque de remplacement des humains par des machines dans différents secteurs économiques, le McKinsey Global Institute s'est penché, en collaboration avec Google, sur ces transformations à venir à l'échelle de l'Europe, en analysant, région par région ou département par département, les catégories d'activité les plus menacées par les technologies émergentes et celles qui sont appelées à progresser, sur 10 ans.

Le premier résultat de l'exercice est matérialisé par une carte interactive où sont représentées les typologies dominantes de chaque unité de territoire, parmi les treize identifiées (des mégapoles aux zones agricoles, en passant par, entre autres, les paradis du tourisme), caractérisées par des tendances similaires. Chacune est accompagnée d'une description synthétique, mettant en avant les trois métiers les plus en croissance et les trois les plus en déclin, avec une estimation chiffrée du bilan net sur l'emploi local.

Grow with Google

Le portrait ainsi dressé apporte une nouvelle perspective, moins catastrophique que celle qui accompagne généralement les projections futuristes. Certes, elle signale une mutation considérable, puisque, globalement, ce sont 90 millions de personnes (soit plus du tiers de la population de l'Union) qui devront se reconvertir, dont 21 millions verront leur poste actuel disparaître. Mais, en parallèle, d'autres besoins vont apparaître, entraînant un déficit durable de travailleurs (jusqu'à 6 millions) et non d'emplois.

Naturellement, la transition sera tout de même compliquée. Ainsi, il est difficile d'imaginer comment les agriculteurs, les employés de bureau, les ouvriers de l'industrie et de la construction, dont les tâches sont parmi les plus susceptibles d'être assumées par des robots, vont se métamorphoser en professionnels des technologies, de la santé ou des arts et de la culture, qui sont les domaines en pointe pour demain. Voilà justement la raison pour laquelle il faut se préoccuper du problème aujourd'hui, en urgence.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)