C'est pas mon idée !

samedi 16 mai 2020

Des tickets de caisse dans une app bancaire

CommBank
La dématérialisation des tickets de caisse est une idée séduisante qui s'avère extrêmement difficile à concrétiser. Après plusieurs années d'efforts, qui l'a vue engager des collaborations avec les quatre principales banques australiennes, la jeune pousse Slyp commence à établir un modèle convaincant pour toutes les parties prenantes.

Pour les consommateurs, c'est généralement l'argument écologique qui est brandi : les reçus imprimés représentent un énorme gaspillage de papier, sans compter l'impact environnemental de leur production. Du côté des commerçants, sont d'abord mis en avant les avantages d'une version électronique, dont les innombrables extensions qu'elle laisse imaginer. Et aujourd'hui, avec la pandémie de COVID-19, tout le monde s'accorde à limiter les contacts physiques, y compris à travers cet héritage d'un autre temps.

Et les banques ? A priori, elle ne sont pas directement impliquées dans l'équation, telle qu'elle est définie jusqu'à maintenant. Mais elles se sentent légitimes à prolonger de la sorte leur rôle dans la chaîne des paiements et, surtout, elles ne peuvent rester indifférentes aux opportunités qui se dessinent. La première d'entre elles, en particulier, laisse entrevoir la possibilité de renforcer une tendance en pleine ascension : le développement de services à valeur ajoutée à partir de la connaissance accumulée sur les clients grâce à la captation de données toujours plus riches et détaillées.

Alors qu'elles hébergent déjà un trésor, sous la forme de relevés d'opérations qui révèlent une bonne partie de la vie quotidienne des individus, elles pourraient compléter ceux-ci d'une compréhension encore plus précise de leurs moindres faits et gestes. Les applications possibles sont sans fin : un lien direct avec les fournisseurs des produits achetés (pour mise en œuvre de la garantie, par exemple), une classification comptable automatisée (pour les entrepreneurs), des recommandations personnalisées…

Slyp – Receipts that live inside your banking app

Telle est donc la promesse de Slyp. Au fil du temps, les institutions financières australiennes ont été séduites, d'abord en investissant dans la startup, puis, pour NAB, en déployant une première implémentation, qui se limitait cependant à proposer aux utilisateurs de scanner leurs tickets de caisse pour en extraire les données. Sa dernière conquête en Australie, CommBank, annonce cette fois l'intégration automatique dans son application mobile des reçus des commerçants partenaires, via une simple reconnaissance sur le terminal de vente de la carte utilisée pour le règlement.

Les 7 millions de clients ainsi embarqués dans l'aventure devraient agir comme un déclic et peut-être paver la voie vers une généralisation des tickets électroniques et des nouvelles solutions qui leur seront rattachées. Mais, naturellement, les usages qui en seront fait seront déterminant pour l'avenir du concept : qu'ils apportent un vrai bénéfice aux clients et ils seront plébiscités, tandis que, à l'inverse, il suffira d'une orientation trop commerciale et se lèvera aussitôt la révolte contre l'intrusion dans la vie privée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)