C'est pas mon idée !

mardi 28 avril 2020

Une plate-forme de prêt déployée en 3 semaines

Younited
Déjà le quinzième épisode de cette série consacrée à la « créativité en temps de crise » ! Nous aborderons aujourd'hui le cas de la collaboration entre une banque (publique, de surcroît), BPIFrance, et une jeune pousse, Younited Credit, qui a permis de déployer en temps record une nouvelle plate-forme de prêt aux très petites entreprises.

Ayant eu l'occasion de réaliser un projet commun en 2018, les deux partenaires se connaissaient déjà. Aussi, quand il a été question de décliner son « Prêt Rebond » dans une version entièrement « digitale », BPIFrance s'est naturellement tournée vers la solution technologique de Younited Business Solutions, avec la certitude de pouvoir de la sorte répondre à l'urgence créée par la pandémie et à la pression considérable que cette dernière a rapidement placée sur les réseaux d'agences et sur les conseillers.

L'enjeu était en effet critique, puisque l'établissement s'est retrouvé dès la fin mars au centre du dispositif du « Prêt Garanti par l'État », qui a immédiatement accaparé une grande partie de ses ressources (informatiques et humaines), tout en devant continuer à offrir ses services habituels, tels que ce « Prêt Rebond », soutenu par les régions. Complémentaire du PGE, celui-ci consiste en une enveloppe de 10 000 à 50 000 euros sur 7 ans, sans frais et sans intérêts, ouverte aux structures de moins de 10 salariés.

Afin de relever le défi, Younited a délégué 40 de ses 340 collaborateurs aux côtés des équipes de BPIFrance. Il n'a fallu à ce commando que 3 semaines pour mener à bien sa tâche et mettre en place une procédure de souscription 100% en ligne, comprenant gestion des contrats, signature électronique, contrôles anti-fraude, suivi de la relation client, flux financiers et, bien entendu, intégration avec le back-office existant. Désormais, le demandeur reçoit les fonds en moins de 7 jours, sans déplacement inutile.

Younited Business Solutions

C'est donc le mérite des circonstances exceptionnelles présentes que de démontrer que la dématérialisation des parcours client n'est finalement qu'une question de volonté. Pas d'impossibilité structurelle ou réglementaire, comme on l'entend répéter si souvent. Pas de problème insurmontable de coûts. Malheureusement, alors que le changement devrait être dicté par les attentes des clients, qui sont indiscutablement là depuis longtemps, ce sont, encore une fois, des difficultés internes qui entraînent une réaction…

Il reste enfin à souligner que la solution à l'immobilisme historique des institutions financières semble devoir passer par l'audace des startups, seules capables, apparemment, de croire à – et de convaincre de – la possibilité de transformer un vieux processus en quelques jours. Mais, dans cette hypothèse, ne faut-il pas regretter que cette qualité si rare soit mise au service, sous une forme édulcorée, des acteurs en place plutôt que de supporter une remise à plat complète des « traditions » du secteur ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)