C'est pas mon idée !

samedi 8 février 2020

CommBank invente ses futurs métiers

CommBank
Avec x15Ventures, l'australienne CommBank met sur pied une structure d'innovation d'un nouveau genre, dont l'objectif est de concevoir les services dont auront besoin les consommateurs et les entreprises dans le monde « digital ». Ses premières réalisations pointent vers une possible réinvention du rôle de la banque pour demain…

L'ambition de l'établissement est d'élaborer, en partenariat avec Microsoft et KPMG, une gamme de solutions susceptibles de démultiplier la valeur de son cœur de métier, en capitalisant sur ses ressources (financières, en particulier), son expertise technologique et ses standards élevés de sécurité. En filigrane, X15 aurait donc vocation à imaginer et concrétiser les opportunités de développer des services dans des secteurs adjacents à la banque… qui seront ses relais de croissance à court ou moyen terme.

En pratique, la mission confiée à l'entité (autonome) consiste à incuber, accélérer et déployer sur le marché de véritables startups, avec un produit viable, des clients et un modèle d'affaires. Le plan est de lancer au moins 25 de ces aventures en 5 ans. Deux d'entre elles étaient présentées concomitamment à l'annonce officielle de l'initiative et il faut admettre que, en dépit de leur relative immaturité, il ne s'agit pas de gadgets destinés à épater la galerie : elles marquent une réelle volonté de transformation, en profondeur.

Ainsi, Home-in, actuellement en test privé et qui devrait être publiée sous peu, repense le parcours d'achat immobilier. Sans s'immiscer directement, pour l'instant, dans le processus de recherche de propriété, son application propose un accompagnement personnalisé dans toutes les démarches à accomplir depuis l'organisation des visites (et les contrôles à effectuer) jusqu'à l'emménagement (et la mise en place des contrats d'eau, d'énergie…) en passant par la revue du contrat, le financement, les assurances…

L'approche retenue ne se résume pas à un bête logiciel dans lequel l'utilisateur va juste valider les tâches à effectuer une à une. Elle intègre également un dispositif de conciergerie, qui prend la forme d'un assistant (humain) dédié, toujours prêt à répondre aux questions et inquiétudes de l'acheteur à tout moment et dans l'ensemble de son parcours (et non uniquement sur les problématiques liés à l'emprunt comme avec un banquier ou sur celles relatives aux propriétés comme avec un agent immobilier).

Vonto

L'autre émanation de X15, accessible, gratuitement, dès maintenant à toutes les petites entreprises australiennes et néo-zélandaises, clientes ou non de CommBank, est Vonto, une vision renouvelée de l'appui aux professionnels. Partant du constat de la multiplicité des applications que ces derniers utilisent pour maîtriser tous les aspects de leur activité, ses concepteurs ont imaginé une sorte de tableau de bord unifié agrégeant toute l'information nécessaire au pilotage… et offrant des conseils contextuels.

Initialement capable de se connecter à Xero (comptabilité), Google Analytics (mesure du trafic web), Facebook (réseau social), Shopify (plate-forme de e-commerce) et Vend (terminal de point de vente), l'outil restitue une synthèse facile à appréhender de la santé de l'entreprise, dans toutes ses dimensions (commerciale, financière, de notoriété…) en quasi temps réel. Et dès que les algorithmes identifient une action à exécuter à partir des données analysées, une recommandation proactive est émise.

Derrière ces deux exemples, se dégage une orientation générale : CommBank s'interroge sur l'avenir de sa relation avec ses clients et, plutôt que de suivre la voie habituelle et souvent stérile de la création d'une enseigne 100% « digitale », elle choisit d'explorer une piste plus prometteuse. Par anticipation de l'avènement prochain de la banque invisible, elle remonte donc dans la chaîne de valeur des services à proposer à ses clients, où elle peut espérer ancrer sa présence, notamment grâce à la confiance qu'elle inspire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)