C'est pas mon idée !

samedi 14 décembre 2019

Une idée bête… tellement utile

Starling Bank
La transition des modes de consommation vers des modèles par abonnement génère de nouveaux besoins, plus ou moins explicites, qui entraînent à leur tour l'émergence de solutions destinées à redonner à chacun le contrôle sur ses dépenses « automatisées ». Starling est, me semble-t-il, la première banque à se pencher sur la question.

Le phénomène touche progressivement tous les secteurs : après le divertissement (musique, cinéma, télévision, livres, jeux…) et les logiciels, les moyens de transport, les produits de beauté et d'hygiène, les vêtements, les repas… se tournent maintenant vers le concept (pas toujours avec succès, il est vrai). Bientôt, tous les achats du quotidien seront disponibles sous forme de souscriptions, venant s'ajouter à celles auxquelles nous nous sommes habitués depuis longtemps, pour l'énergie, la téléphonie…

Pour les fournisseurs, le principe est doublement bénéfique, puisque, d'une part, il garantit les revenus de l'entreprise dans la durée et, d'autre part, il renforce mécaniquement la récurrence et la fidélité des clients. Côté consommateur, l'avantage mis en avant est, en résumé, un accès permanent, simple et sans friction, à des produits ou services d'usage courant. Mais, bien sûr, cette transparence expose à un risque d'oubli ou de négligence qui conduit facilement à maintenir des abonnements peu ou pas utilisés.

Suivi des abonnements dans l'app de Starling Bank

Face au danger, Starling Bank a donc décidé de mettre en lumière cette partie de plus en plus importante du budget de ses clients. Point de complication inutile pour cela : son application mobile comporte dorénavant un onglet supplémentaire (dans sa section consacrée aux paiements) où sont listés tous les règlements réguliers identifiés, qu'il s'agisse de mandats de prélèvement, de factures en attente ou de souscriptions diverses et variées, détectées par une petite analyse de l'historique des transactions.

Au-delà de l'aspect anecdotique de l'ajout, la néo-banque britannique nous offre ici une vision rationalisée de ce que devrait être la gestion de finances personnelles (PFM). Alors que la plupart des outils du genre persistent à présenter une répartition sans intérêt des opérations passées par catégorie et par période, Starling Bank préfère placer la priorité sur ce qui est réellement susceptible d'aider son client à prendre conscience de son comportement et des dérives qu'il peut révéler, jusqu'à, le cas échéant, le faire évoluer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)