C'est pas mon idée !

jeudi 21 novembre 2019

Oval et le crowdfunding : une double opportunité

Oval
Quand la jeune pousse d'origine italienne Oval veut accélérer son développement, elle se tourne, comme tant d'autres, vers le financement participatif (en équité). Mais, à l'occasion de sa deuxième campagne du genre, elle a décidé de viser directement les utilisateurs de son application, en intégrant le crowdfunding dans son modèle.

Depuis ses origines, sous la forme d'un « simple » outil de suivi des finances personnelles (PFM), la solution d'Oval a rapidement évolué vers sa véritable cible, pour devenir une solution d'assistance automatique, intelligente et pédagogique à l'épargne et l'investissement. Dans ce dernier registre, elle se contentait jusqu'à maintenant de proposer d'intervenir sur les actions boursières. Afin d'élargir les possibilités offertes à ses clients, elle introduit donc désormais un accès à des entreprises non cotées.

Pour ce faire, elle propose de contribuer à une sélection (à sa discrétion) de campagnes sur Seedrs, un des leaders de l'investissement participatif au Royaume-Uni. Grâce aux APIs fournies par ce dernier, l'apport de capital aux jeunes sociétés qui lèvent des fonds est aussi facile et aussi rapide que l'achat de titres sur un marché organisé, et se déroule entièrement au sein de la plate-forme mobile d'Oval. L'ambition est de démocratiser les opportunités d'investissement les plus diverses, tout en éduquant les consommateurs.

Campagne de financement d'Oval

Or, pour le lancement de cette nouvelle option, la première campagne proposée aux utilisateurs d'Oval est… celle d'Oval ! L'idée peut être considérée comme un vrai coup de génie. En effet, d'une part, elle donne de la visibilité à l'opération auprès d'une population qui devrait y être naturellement sensible, elle capte son attention au moment le plus opportun et elle simplifie au maximum la démarche de souscription (son application étant conçue pour prendre en charge les transferts de fonds, notamment).

D'autre part, la startup donne de la sorte un coup de projecteur particulier sur le crowdfunding (d'un point de vue générique), en y associant sa marque et sa présence, ce qui constitue sans aucun doute un moyen efficace d'intéresser des néophytes à un sujet potentiellement intimidant au premier abord. Sous réserve d'un accompagnement pédagogique adapté, cette première étape se transformerait alors en un produit d'appel vers, idéalement, une adoption généralisée d'une autre catégorie de supports.

Bien qu'aucun détail ne soit disponible sur l'origine des contributions, l'atteinte en deux jours de presque 90% de l'objectif (d'un million de livres) fixé pour la campagne donne à penser que la première partie du pari est réussie. Pour la suite, il restera à mesurer combien, parmi les plus de 1 000 personnes responsables de ce succès fulgurant, sont des débutants dans ce genre d'opération et combien y prendront goût…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)