C'est pas mon idée !

jeudi 24 octobre 2019

La gestion de finances personnelles est un tout

Truebill
Conçue initialement comme un outil d'analyse et d'optimisation des abonnements, l'application mobile de Truebill a séduit 500 000 utilisateurs aux États-Unis. Mais, considérant qu'elle n'a pas d'avenir à long terme dans cette seule niche, l'entreprise vient de lever 15 millions de dollars afin de poursuivre son expansion dans d'autres domaines.

La fonction d'origine de la jeune pousse reste, à ce jour, son principal argument de conquête : une fois que le nouveau client a connecté ses comptes bancaires, ses algorithmes explorent l'historique de ses transactions à la recherche des souscriptions et autres dépenses récurrentes, dont elle propose alors de résilier celles qui sont superflues (voire oubliées). Depuis 2016, elle a cependant déjà ajouté à ces fondations des options de négociation de facture, de suivi de budget, d'épargne automatique…

À l'avenir, Truebill a donc la ferme intention de prolonger cette diversification, par exemple autour de la surveillance du score de crédit ou du règlement des factures, car elle observe que, avec la complexité des produits et services auxquels les consommateurs sont confrontés et la sophistication croissante de leurs besoins vis-à-vis de leur relation à l'argent, au fur et à mesure qu'ils avancent dans la vie, la seule solution viable consiste à leur offrir une approche holistique de leurs finances personnelles.

Aujourd'hui, les outils disponibles sont en effet trop ciblés, soit sur un type de situation donné (la constitution d'une réserve de précaution, la prise en charge du prêt étudiant, la préparation de la retraite…), soit sur un modèle particulier (l'alternative au découvert, l'épargne automatique, l'accompagnement dans la réalisation de projets…). Dans le premier cas, la perspective est réduite au temps nécessaire pour atteindre l'objectif, tandis que, dans le second, la multiplication des applications constitue un handicap.

Accueil Truebill

Le problème qui est souligné ici ne concerne pas uniquement la gêne induite par l'obligation de changer de plate-forme selon les circonstances. Il est surtout que, pour la personne, la gestion de finances personnelles est un tout, dont il est totalement arbitraire et artificiel de vouloir décomposer ses différents attributs, non seulement parce qu'ils sont fortement dépendants les uns des autres mais également parce que chacun d'eux peut devenir prioritaire d'un instant au suivant au gré des événements.

La compréhension de ces comportements est essentielle pour toutes les startups de la FinTech qui se focalisent sur une dimension unique de leur sujet : elles peuvent, comme Truebill, en faire le point de départ d'une vision plus large, mais, à défaut, elles doivent être conscientes qu'elles devront collaborer avec des fournisseurs de solutions complémentaires pour rester pertinentes. Enfin, l'avertissement vaut aussi pour les banques qui, en dépit de leurs compétences étendues, tendent à aborder les besoins de leurs clients de manière unitaire, en raison de leur fonctionnement en silos.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)