C'est pas mon idée !

mardi 29 octobre 2019

CIBC soulage l'angoisse de la carte égarée

CIBC
Si les banques du monde entier ont progressivement adopté les porte-monnaie mobiles des géants technologiques (Apple, Google et Samsung), elles ont encore du chemin à parcourir pour appréhender l'ampleur des changements induits par cette évolution des moyens de paiement. Un petit pas de la canadienne CIBC montre la voie.

Sa nouvelle initiative n'est certes ni révolutionnaire ni inédite (encore que les pionnières n'aient pas toujours été jusqu'au bout de leur logique) mais elle reste étonnamment rare dans le secteur pour mériter l'attention. Il s'agit simplement de permettre aux clients de signaler le vol ou la perte de leur carte de crédit en quelques gestes depuis leur application bancaire… et de disposer instantanément d'une solution de secours en attendant la réception de la remplaçante (qui prend entre 4 et 10 jours).

À l'ère de la dématérialisation des instruments de paiement, la prouesse n'est guère impressionnante par la technologie mise en œuvre. En effet, une fois la déclaration enregistrée et la nouvelle carte (automatiquement) commandée, les systèmes de la banque en créent une réplique virtuelle, qui vient directement se substituer à celle qui était précédemment associée au porte-monnaie mobile de l'utilisateur (si la fonction n'était pas activée au préalable, il faudra hélas patienter 1 jour ouvré pour le faire).

Remplacement de carte CIBC

Grâce à ce dispositif, CIBC apporte un véritable bénéfice à ses clients dans un moment de vie (fréquent) qui peut être particulièrement stressant, d'une part en leur simplifiant au maximum les démarches de bout en bout – sans se limiter à la désactivation de la carte actuelle et sans requérir le moindre appel téléphonique – et, d'autre part, en limitant l'impact des quelques jours pendant lesquels ils se retrouvent sans moyen de paiement (sachant que les terminaux sans contact sont largement répandus au Canada).

La généralisation des usages d'Apple Pay, Google Pay et autres ouvre naturellement de multiples opportunités d'aborder différemment les processus traditionnels en vigueur dans l'univers des paiements (un autre exemple est proposé par la carte de crédit d'Apple), au profit à la fois des porteurs et des émetteurs (en l'occurrence, sur les coûts de traitement des incidents). Pourtant, rares sont aujourd'hui les établissements qui se penchent sérieusement et concrètement sur ces avantages dérivés.

Dans un sens, la paresse ambiante de l'industrie est un facteur important dans la relative lenteur d'adoption des porte-monnaie mobiles : s'ils s'accompagnaient de fonctions réellement utiles et pratiques, ils séduiraient plus facilement. Ainsi les clients de CIBC qui seront confrontés au besoin de remplacer leur carte vont-ils certainement envisager plus attentivement la bascule vers le paiement par smartphone… Et une multitude d'autres possibilités d'améliorer le service rendu aux mobinautes pourraient être explorées…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)