C'est pas mon idée !

lundi 10 juin 2019

Encore une intrusion d'Amazon dans la banque

Amazon
La nouvelle carte de crédit « inclusive » que vient de lancer Amazon en partenariat avec Synchrony Bank est certes réservée (techniquement et culturellement) au marché américain, mais elle illustre parfaitement pourquoi et comment le n°1 du e-commerce et, plus généralement, les géants du web s'attaquent aux bastions du secteur financier.

Qualifiée de « credit builder », la dernière née de la gamme déployée par Amazon est destinée à tous les consommateurs qui souhaitent bénéficier des avantages standards d'une carte de crédit – dont, en particulier, les remboursements sur leurs achats (le fameux « cash back »), qui peut atteindre 5% des montants dépensés sur les boutiques en ligne de la marque – mais qui ne possèdent pas, auprès des Equifax et Experian de ce monde, le score minimal requis pour être éligible à un produit traditionnel.

Afin de contourner cette exigence, le e-marchand recourt à un petit subterfuge : le crédit accordé est adossé à un dépôt d'un montant équivalent. En pratique, l'utilisateur accepte donc de bloquer entre 100 et 1 000 dollars en garantie de ses dépenses à l'ouverture de son compte. L'intérêt, outre les primes, est que, s'il respecte les conditions de son contrat et que, par exemple, il règle le montant minimal exigé chaque mois, sa bonne conduite est enregistrée dans les bureaux de crédit et son score progresse en conséquence.

Pour le reste, la mise en œuvre est typique d'une solution développée par Amazon. Le processus de souscription, entièrement en ligne, prend quelques secondes et, une fois le dépôt de garantie reçu et validé (ce qui, malheureusement, peut prendre jusqu'à 2 semaines, dans le cas d'un envoi par courrier), la carte est immédiatement active. Par la suite, la situation du client est ré-évaluée régulièrement et, si son score l'autorise, il peut bénéficier d'une offre standard, sa caution lui étant alors restituée.

Amazon Store Card Credit Builder

Nul besoin d'être sorcier pour comprendre que la priorité d'Amazon derrière cette initiative est de donner à ses clients toujours plus de raisons et de moyens d'acheter des produits sur ses sites. Selon une telle logique, une carte de crédit, accompagnée de ses promotions, constitue un puissant incitateur et un facteur de fidélité. Et la possibilité d'établir un score de crédit permettant ultérieurement de basculer vers un produit classique a alors pour but d'accroître le potentiel de dépense du consommateur…

Ce qui mérite d'être retenu dans la démarche est la motivation profonde qui anime le e-commerçant quand il s'implique de la sorte dans la conception et le déploiement d'un produit innovant aux marges de son activité historique : le développement de ses ventes. En effet, fondamentalement, je ne crois pas qu'Amazon – tout comme ses compères des GAFA – ait le moindre désir de pénétrer le secteur financier. En revanche, ces acteurs seront toujours prêts à s'y introduire dès qu'ils identifient une opportunité pour leurs métiers qui ne peut être capturée avec les seuls outils existants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)