C'est pas mon idée !

samedi 20 avril 2019

Comment ING a appris à mesurer son impact environnemental

ING
L'adage dit qu'il est impossible de gérer correctement – et encore plus d'améliorer – ce qu'on ne mesure pas. Il est peu de domaines dans lesquels il se vérifie mieux que l'environnement. Le responsable du développement durable d'ING s'est rapidement rendu compte de la difficulté que cette exigence introduisait dans sa mission.

Le premier obstacle qui se dresse sur la route d'une banque désireuse de connaître sa situation en matière d'empreinte carbone est celui de la disponibilité de l'information nécessaire. En effet, en dépit des efforts engagés pour tenter de réduire les carences actuelles (par exemple avec des obligations de déclarations dans les rapports annuels des groupes cotés), il reste aujourd'hui extrêmement difficile d'obtenir des données cohérentes et fiables pour l'ensemble des entreprises clientes ou partenaires.

À ce handicap s'ajoute en outre ce que Leon Wijnands, en charge du sujet pour le groupe ING, nomme le « défi de l'attribution ». L'interogation est simple : quelle part des émissions de ses parties prenantes la banque doit-elle prendre en compte dans son propre bilan ? La réponse peut être complexe : si, dans le cas d'un investissement, il suffit d'appliquer la proportion de capital détenue, quels critères doit-on appliquer dans le cas d'une ligne de crédit (syndiquée, éventuellement) ou d'une avance de trésorerie ?

Dans la plupart des organisations, la solution à un tel dilemme consisterait à faire appel, pour le meilleur et pour le pire, à un cabinet de conseil externe. À ING, le problème semble plutôt taillé sur mesure pour un de ses dispositifs d'innovation collaborative : un appel à volontaires est lancé à l'adresse des 54 000 salariés de l'entreprise. Toute personne intéressée par le challenge soumis est invitée à soumettre sa candidature, en vue de participer au projet, en détachement pour une période déterminée.

Développement durable à ING

C'est ainsi que Leon Wijnands s'est retrouvé avec une équipe composée de 3 membres, issus respectivement de la direction financière, de la banque de gros et de l'informatique. Ayant carte blanche pour répondre à la question posée, le trio commence par une remise en cause de tout ce qui avait été élaboré jusqu'alors, dans une pure démarche de créativité. Bien sûr, après cette phase initiale, s'est ensuivie une étape de re-convergence débouchant, 8 mois plus tard, sur la publication de l'approche « Terra ».

L'histoire n'est pas encore terminée. Une des conclusions des travaux menés est qu'il est essentiel d'aborder séparément les évaluations d'empreinte environnementale par secteur économique, voire par entreprise, chacun ayant ses propres spécificités. Dès lors, ING va se concentrer maintenant sur ses prêts aux sociétés des industries les plus productrices d'émissions de gaz à effet de serre – énergie, automobile, aviation, transport, immobilier… – en apportant son expertise en vue d'optimiser leur bilan.

Car Leon Wijnands a également appris avec cette initiative à réviser ses priorités. Sa quête d'une mesure précise de l'empreinte carbone, même si elle reste un objectif, passe au second plan derrière une recherche d'impact positif, comme avec le crédit indexé sur le développement durable. Il considère que c'est par le résultat de ce que finance la banque, et non de ce qu'elle ne finance pas, que la société peut progresser vers les objectifs de maîtrise du réchauffement climatique. Et il verrait bien son approche Terra, désormais ouverte aux autres institutions financières, devenir un standard de marché…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)