C'est pas mon idée !

lundi 18 mars 2019

Didid (by Fortis) revisite l'épargne sociale

Didid
Armée de la conviction que l'accès ouvert aux services bancaires offre d'immenses opportunités dans toutes sortes de contextes non financiers, BNP Paribas Fortis lance – par l'intermédiaire d'une « spin-off » créée à la suite d'un hackathon – une application mobile qui promet aux consommateurs belges de les aider à réaliser leurs rêves.

Côté pile, Didid est un outil d'épargne résolument classique. Tellement classique, même, qu'on se demande immédiatement pourquoi il n'est pas intégré à la plate-forme de m-banking de la maison mère. Qu'on en juge : après inscription, l'utilisateur est invité à y formuler ses rêves, en fournissant photographies, description détaillée et, éventuellement, décomposée en plusieurs « articles », budget correspondant… Il ne lui reste plus alors qu'à lier ses comptes courant et d'épargne pour commencer à s'approcher du but !

Certes, Didid ne s'adresse pas uniquement aux clients de BNP Paribas Fortis, ou de ses filiales Fintro et Hello Bank!, même si, pour l'instant seuls les comptes de ces établissements peuvent être effectivement rattachés à l'application, en attendant la généralisation des APIs ouvertes imposée par la directive européenne DSP2, pour laquelle Didid s'est préparée en obtenant les agréments nécessaires à leur utilisation. Mais, sans plus d'assistance à l'épargne, la proposition de valeur paraît réduite…

Penchons-nous maintenant sur le côté face. Le concept prend une autre consistance et révèle sa véritable personnalité. Premier indice, sur les AppStores où elle est publiée, l'application Didid est classée non dans la catégorie « finance » où on l'attendait mais dans la rubrique des « réseaux sociaux », aux côtés des Facebook, Messenger, LinkedIn, WeChat… Et, de fait, toute la mécanique des rêves qui l'anime est bâtie sur une double logique de partage avec ses proches et de participations collectives.

Accueil Didid

En amont, la composition des projets est accompagnée par une véritable librairie d'idées, co-construite avec les utilisateurs : chaque nouveau rêve peut être mis à la disposition de la communauté et ainsi servir d'inspiration aux autres membres. Naturellement, il est également possible d'exposer ses aspirations à ses amis et relations (et se mettre de la sorte un peu de pression sociale), voire, plus concrètement, de leur demander d'apporter leur contribution sonnante et trébuchante. Pour ce faire, une option « sponsoriser » permet d'effectuer un don (par virement standard) à tout moment.

Aussi modeste soit-elle, surtout à ce stade de son développement, l'initiative de BNP Paribas Fortis me semble intéressante dans ce qu'elle révèle, par contraste, de l'attitude timorée qui règne face au potentiel de la banque ouverte. Alors que celle-ci est vantée comme un atout extraordinaire, il apparaît que peu d'acteurs – banques ou autres – parviennent à en imaginer les applications qui matérialiseraient cette vision, particulièrement hors du strict champ financier. Il est donc heureux qu'une institution fournisse un exemple pratique… qui mériterait d'être suivi de beaucoup d'autres…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)