C'est pas mon idée !

dimanche 24 décembre 2017

La conformité reste à automatiser

Cordium
Tandis que la pression réglementaire s'intensifie sans cesse sur les institutions financières, une enquête menée par Cordium, fournisseur de solutions de gestion de la conformité (GRC), et Aite Group, cabinet d'analystes, révèle quelques faiblesses critiques des processus mis en place dans les entreprises du secteur des marchés de capitaux.

Les exigences réglementaires sont évidemment le centre de toutes les attentions. D'un côté, la multiplication et la complexification permanente des textes en vigueur paraît devenir toujours plus difficile à prendre en compte. De l'autre, les sanctions infligées aux acteurs en cas de manquement à leurs obligations prennent des proportions gigantesques, parfois susceptibles de mettre en cause leur survie. Alors, logiquement, les moyens mis en œuvre pour faire face à ces enjeux sont eux-mêmes considérables.

Pourtant, parmi les 120 entreprises consultées par Aite dans le monde entier (dont environ 70% de fonds alternatifs et autres gestionnaires d'actifs), seule une petite minorité (17%) adopte une approche principalement stratégique du sujet. Les autres sont, pour une large part, handicapées par le manque de personnel et, surtout, d'outillage adapté pour répondre sereinement, en temps utile, aux demandes des régulateurs, qu'il s'agisse de rapports récurrents ou de démarches ponctuelles, par exemple en cas d'audit.

Une conséquence tragique du positionnement tactique des institutions financières est leur recours excessif à des processus manuels, pour près de la moitié d'entre elles. Elles ne seraient même que 2% à les avoir totalement automatisés. Une telle ambition peut sembler utopique mais les évolutions technologiques, dont les progrès de l'intelligence artificielle, permettraient aujourd'hui de mieux prendre en compte les besoins, comme l'illustre l'application des solutions de traitement du langage naturel pour l'analyse de l'alignement entre les textes réglementaires et les procédures déployées.

Les modalités de surveillance du respect des contraintes et de mesure des risques de non conformité sont des victimes collatérales du déficit d'automatisation. Elles expliquent notamment que nombre d'établissements (47%) estiment être dans une logique essentiellement réactive, c'est-à-dire dans l'incapacité de détecter – et, donc, de prévenir – les problèmes avant qu'ils ne surviennent. Elles se résignent ainsi à vivre sous la menace constante de pénalités financières et de leur impact sur leur image.

Il doit exister une autre manière de faire. Comme dans les autres domaines d'activité, l'introduction, dans une vision stratégique, de plus d'agilité, de flexibilité, de modularité…, avec le support de technologies avancées telles que celles que développe le mouvement de la RegTech, représente la clé de la maîtrise de la spirale de la réglementation qui, à défaut de solutions à long terme, sera vouée à une perte totale de contrôle et, potentiellement, à l'effondrement de l'entreprise sous le poids des exigences.

Livre blanc Cordium - Aite Group

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)