C'est pas mon idée !

mercredi 20 décembre 2017

Anorak, le conseil en assurance automatisé

Anorak
Choisir une assurance pour une voiture ou une résidence est relativement simple et les comparateurs sont là pour nous aider à trouver le meilleur prix. Il est cependant des produits plus complexes, tels que les couvertures en cas de décès, pour lesquelles le recours à un conseil humain restait indispensable. Jusqu'à maintenant.

Au Royaume-Uni, par exemple, le constat est sans appel : bien qu'ils aient souvent un rôle essentiel dans leur famille, pour garantir un revenu, rembourser un crédit hypothécaire…, 8,5 millions de britanniques ne disposent d'aucune protection en cas de disparition, justement parce que les solutions disponibles leur paraissent difficiles à comprendre et à différencier et que les « vendeurs » habituels semblent plus enclins à déclamer leur jargon qu'à prendre en compte les besoins réels de leurs interlocuteurs.

C'est pour ces personnes qu'Anorak a conçu une plate-forme de conseil entièrement automatisé. Il suffit au demandeur de décrire sa situation (personnelle, familiale, financière…) au fil d'un questionnaire simple pour obtenir une recommandation personnalisée d'assurance, précisément adaptée aux risques qu'il encourt et à son train de vie. Enfin, la startup propose de rechercher et de souscrire le contrat le plus proche du produit idéal auprès des différentes compagnies avec qui elle est en relation.

Par la suite, contrairement aux comparateurs classiques qu'on ne consulte qu'une fois et qu'on oublie immédiatement, le service pourrait continuer à surveiller l'évolution du contexte de l'assuré et détecter la survenue de nouvelles circonstances susceptibles d'influer sur sa couverture, afin de pouvoir ajuster à tout moment les recommandations émises et optimiser les contrats souscrits. Le robot-conseiller deviendrait ainsi un compagnon permanent, toujours prêt à alerter d'un changement à prendre en compte.

Le fonctionnement d'Anorak repose naturellement sur une analyse de données, aussi bien dans son approche de la connaissance des clients et de la découverte de leurs besoins que dans le décryptage des clauses des polices d'assurance qu'elle leur conseille. Elle s'appuie pour ce faire sur une variété de sources, disponibles publiquement ou acquises via des partenariats, qui enrichissent les informations fournies par les consommateurs. Il est notamment envisagé d'accéder à des données de comptes bancaires pour mieux appréhender le comportement financier des demandeurs.

Aux inconditionnels du conseil humain (dans tous les domaines de la finance), les concepteurs d'Anorak opposent une vision pragmatique. Aujourd'hui, les professionnels qui sont là pour guider leurs clients dans la jungle de produits existants se rangent dans deux catégories : d'une part, ceux qui n'ont ni la formation ni le temps pour maîtriser le catalogue à leur disposition et connaître leurs clients et, d'autre part, ceux qui possèdent une véritable expertise mais réservent celle-ci à une clientèle aisée.

Sans nécessairement promettre le même niveau de service aux premiers qu'aux deuxièmes, les technologies actuelles et émergentes, telles que l'intelligence artificielle, permettent certainement – ou permettront bientôt – d'offrir une qualité de conseil automatique largement supérieure à celle des agents humains « moyens » auxquels ont accès l'immense majorité des consommateurs. L'ambition d'Anorak est de prendre cette place pour l'assurance décès (ou l'assurance vie, au sens anglo-saxon).

We're Anorak

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)