C'est pas mon idée !

vendredi 27 octobre 2017

Mastercard explore la réalité augmentée

Mastercard
Depuis quelques mois, divers acteurs ont, dans la foulée d'Alibaba, notamment, commencé à explorer le potentiel du commerce en réalité virtuelle. Afin de remettre – dans une certaine mesure – les pieds des consommateurs sur terre, Mastercard présente maintenant sa première expérimentation intégrale de shopping augmenté en boutique.

Même si c'est une tout autre technologie qui est retenue ici, l'arrivée d'un kit de réalité augmentée dans la dernière version du système d'exploitation de l'iPhone n'est certainement pas étrangère à l'intérêt que portent soudain les entreprises à ce concept relativement ancien. Toujours est-il que, pour l'essentiel, ses usages restent à inventer et c'est ce à quoi s'attelle donc Mastercard avec deux partenaires, Qualcomm et ODG, qui conçoit et commercialise les lunettes utilisées pour la démonstration.

Mise en scène dans les rayons des magasins Saks de la 5ème avenue à New York, celle-ci révèle une expérience enrichie pour les visiteurs, depuis la possibilité de visualiser facilement des combinaisons de produits « en situation » (sur un mannequin) jusqu'à l'accès instantané à une multitude de variantes d'articles, qu'elles soient disponibles ou non dans les stocks. Le scénario proposé se déroule jusqu'à l'acte d'achat – à emporter immédiatement ou à livrer à domicile, selon les cas – et, naturellement, le règlement.

Shopping en réalité augmentée

Sur cette dernière étape, toutefois, l'apport de la réalité augmentée mérite d'être questionné. Le parcours client n'est pas cause, avec ses trois étapes simples : authentification (transparente) par reconnaissance de l'iris de l'œil (dans les lunettes), sélection du moyen de paiement et validation de la transaction (via Masterpass). La capacité d'encaissement autonome, évitant le passage et l'attente en caisse, peut même constituer un avantage indéniable. En revanche, les nécessaires interactions avec le vendeur sont soigneusement laissées dans l'ombre de la simulation…

Dans le contexte du commerce de détail, la réalité augmentée peut devenir un extraordinaire moyen de concilier le meilleur des univers physique et « digital », et l'exemple décliné par Mastercard en donne un aperçu intéressant. Malheureusement, comme le soulignaient déjà les premières tentatives de v-commerce (« virtual-commerce »), les gestes de paiement tels qu'ils sont implémentés paraissent incongrus, toujours trop fermement attachés aux références de la vente en ligne ou de proximité. Il reste à imaginer une méthode originale, parfaitement adaptée à ces environnements…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)