C'est pas mon idée !

mardi 26 septembre 2017

Un crédit qui sait que la vie a ses imprévus

Kasasa
Chacun sait qu'un remboursement anticipé de son crédit permet de réduire la somme des intérêts à payer. Mais, outre les complexités administratives qu'imposent certaines banques pour ce faire, il subsiste toujours la crainte d'un besoin ultérieur de l'argent disponible. Aux États-Unis, Kasasa propose une réponse parfaite à ce dilemme.

Le fournisseur de services aux établissements mutualistes américains propose en effet depuis peu une solution de prêt personnel à la flexibilité incomparable. Lors de la souscription, il s'agit d'une offre classique à échéance et taux fixes. Cependant, pendant toute sa durée, l'emprunteur a systématiquement la possibilité d'effectuer un versement supérieur au montant normal de ses mensualités, de manière à réduire la charge des mois suivants et, potentiellement, se dégager de sa dette plus tôt que prévu.

Cette capacité de remboursement anticipé n'est certes pas exceptionnelle mais elle s'accompagne ici d'une option entièrement inédite : en cas de besoin, le consommateur peut à tout moment ré-emprunter ses excédents de versement, aux mêmes conditions que le prêt initial. En d'autres termes, avec cette approche, le prêteur admet, sans le sanctionner, que son client soit occasionnellement confronté à des imprévus ou qu'il puisse commettre des erreurs d'appréciation sur sa situation financière personnelle.

Kasasa Loans

En prenant une perspective différente, le modèle de Kasasa peut aussi être vu comme une ligne de crédit, ouverte aux conditions d'un prêt personnel. Il se pose aussi de la sorte en un redoutable concurrent des cartes de crédit, avec des taux d'intérêt beaucoup plus intéressants et une transparence inégalée : toutes les actions – remboursement anticipé ou ré-emprunt – donnent lieu à une modélisation claire de leur effet sur les versements futurs, sur la durée résiduelle du contrat et sur le montant total des intérêts payés.

La révolution numérique offre un potentiel largement inexploré dans la transformation des « vieux » produits bancaires, qui permettrait pourtant de répondre facilement aux attentes de flexibilité des consommateurs. L'exemple donné par Kasasa, qui profite simplement des moyens technologiques modernes pour permettre d'ajuster les versements de mensualité à la demande pourrait certainement être répliqué dans une multitude d'autres domaines. Encore les institutions financières doivent-elles avoir envie de résoudre les petits et grands problèmes de la vie quotidienne de leurs clients…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)