C'est pas mon idée !

mardi 5 septembre 2017

Indemnisation algorithmique pour les victimes de Harvey

Esurance
En cas de catastrophe naturelle de la dimension du récent ouragan Harvey, au désarroi immédiat des victimes s'ajoutent très rapidement les désagréments de la gestion de sinistre par les compagnies d'assurance – qui se trouvent elles-mêmes en situation de crise, en raison du nombre de dossiers à traiter. Pour le spécialiste de l'automobile Esurance, le salut se trouve dorénavant dans l'analyse prédictive.

Le passage de la tempête étant prévu plusieurs jours à l'avance, l'assureur a pu anticiper et préparer son plan d'intervention. De la sorte, dès la réouverture du trafic aérien après l'accalmie, il a commencé à déclencher les opérations d'indemnisation, en commanditant une flotte d'avions afin d'effectuer un repérage photographique des zones inondées (bien que les drones soient de plus en plus utilisés, ils n'autorisent pas toute la flexibilité de prise de vue nécessaire dans le cadre de cette mission).

Cette campagne de surveillance est la première étape d'une démarche ambitieuse : en bout de chaîne, l'objectif est d'automatiser le traitement des déclarations de sinistres et accélérer au maximum les processus de remboursement aux assurés, de manière à leur permettre de retrouver une vie normale aussi vite que possible.

Concrètement, comment cela fonctionne-t-il ? Des algorithmes évolués sont mis en œuvre pour estimer le niveau de dommage au véhicule en fonction de ses caractéristiques techniques et de l'état de la zone dans laquelle il a été endommagé (notamment la profondeur d'eau), tel qu'il est déterminé sur le relevé photographique. À partir de cette évaluation, le montant des réparations requises (ou du remplacement, le cas échéant) est automatiquement calculé et un virement peut être émis sans plus attendre.

Esurance a déjà utilisé son approche prédictive par le passé, à petite échelle, sur des inondations locales, pour, par exemple, indemniser immédiatement une voiture à sa valeur totale s'il apparaît extrêmement probable qu'elle ait été entièrement submergée. Dans des circonstances exceptionnelles et particulièrement difficiles, aux conséquences massives, non seulement la satisfaction d'une grande partie des clients est-elle ainsi garantie, mais la compagnie retire également des économies substantielles de l'automatisation, notamment en réduisant les besoins d'inspection individuelle.

À la poursuite de l'excellence, les catastrophes de grande ampleur procurent aux assureurs des occasions rares (heureusement !) de démontrer leur capacité à offrir une expérience client extraordinaire. Grâce aux technologies modernes, telles que l'intelligence artificielle, cette ambition apparemment utopique peut désormais devenir réalité, tout en donnant aux compagnies les moyens de mieux absorber des pics de sollicitations importants, avec un modèle économique parfaitement viable.

Après le passage de Harvey

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)