C'est pas mon idée !

samedi 13 mai 2017

Empower, l'app bancaire sans la banque

Empower
Est-il réellement indispensable de créer une (néo-)banque pour prétendre offrir une expérience client complète et optimale des services financiers ? Ou bien une « simple » application mobile – connectée aux différents comptes de son utilisateur – peut-elle suffire ? La jeune pousse américaine Empower penche pour la deuxième option.

Le point de départ de son concept est un constat presque universel : bien que toutes les banques proposent désormais des modules de gestion de finances personnelles, sur le web ou sur smartphone, ceux-ci s'avèrent souvent limités, en particulier dans leurs capacités à conseiller le consommateur et l'aider à maîtriser sa situation en toute circonstance. Il existe donc là une excellente opportunité de développer une solution qui remplisse cette mission et c'est l'ambition que se fixe Empower.

Dans un premier temps, la startup démarre avec un spectre de fonctions relativement réduit. Le cœur de son application est un service de gestion de budget, conçu comme un véritable assistant, capable non seulement de présenter à tout moment un état consolidé des comptes (la configuration accepte ceux de plus de 1 000 établissements), sous une forme intuitive et ergonomique, mais également de délivrer des recommandations pratiques, personnalisées, à partir des données disponibles.

À cette base de PFM, s'ajoute ensuite la possibilité d'exécuter des virements entre les différents comptes gérés par la solution. Empower affirme même être en mesure de transférer les fonds plus rapidement que la plupart des banques ! Surtout, cette faculté lui permet de mieux concrétiser sa promesse d'accompagner ses utilisateurs dans une meilleure approche de leurs finances : elle peut en effet, de la sorte, joindre le « geste » à la « parole » quand elle leur suggère de mettre un peu d'argent de côté.

Empower

À l'avenir, la même approche devrait être bientôt étendue à d'autres domaines, tels que le remboursement automatique d'un prêt étudiant ou d'une dette de carte de crédit, dont il est aisé d'imaginer des déclinaisons diverses et variées. En perspective, l'application mobile d'Empower deviendrait ainsi la couche intelligente de pilotage financier que les banques ne semblent par parvenir à fournir à leurs clients, prenant en charge l'ensemble de la relation, du suivi des comptes à – pourquoi pas ? – la souscription de produits.

La démarche en rappelle d'autres, parmi les acteurs du PFM (dont, par exemple, Bankin, en France, qui intègre déjà une option de virement) ou de l'épargne automatique (à l'instar de Plum, pour n'en citer qu'un). Ce n'est pas une surprise, car elle constitue une étape logique du grand mouvement émergent de ré-intermédiation faisant émerger la notion de plate-forme qui, progressivement, s'imposera auprès des consommateurs désireux d'appréhender leurs finances personnelles de manière holistique.

En dépit de son apparente superficialité, la qualité spécifique de l'approche développée par Empower est de s'appuyer exclusivement sur les comptes bancaires des institutions financières historiques. Outre le déplacement inexorable de la valeur (économique) des services vers l'expérience client sur lequel elle capitalise, la complexité (notamment réglementaire) de mise en œuvre s'en trouve fortement diminuée et le niveau de confiance requis de la part des utilisateurs est moindre que pour une startup qui prétend leur fournir un compte, ce qui devrait faciliter son adoption par le grand public.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)