C'est pas mon idée !

dimanche 5 mars 2017

USAA commercialise sa technologie

USAA
Au fil de l'évolution de leurs métiers, les institutions financières prennent de plus en plus souvent l'habitude de dire qu'elles sont devenues des entreprises de technologie. Poussant ce raisonnement jusqu'au bout, USAA se lance, avec un partenaire spécialisé, dans la commercialisation des solutions de sécurité qu'elle développe pour ses propres besoins.

Sa longue tradition d'innovation au service des besoins spécifiques des membres des forces armées américaines – actifs ou retraités – qui composent sa clientèle a conduit USAA à déployer des moyens d'authentification en ligne et de lutte contre la fraude particulièrement avancés. Ainsi, outre son adoption de différentes approches biométriques (vocale, faciale…), elle est également à la pointe de la graduation des mesures de protection en fonction du risque réel et du contexte de l'utilisateur, entre autres.

Ses technologies – dont la valeur est matérialisée par un portefeuille de brevets – attire naturellement l'intérêt des banques (voire d'acteurs d'autres secteurs), pour lesquelles la sécurité constitue un enjeu permanent. Ne souhaitant vraisemblablement pas se convertir en éditeur-intégrateur de logiciels, USAA a choisi de s'associer avec une société tierce afin d'en assurer la distribution. C'est l'indienne Persistent Systems qui a été retenue dans ce but : elle assemblera une offre qu'elle commercialisera sous licence.

Accueil Persistent Systems

Avant d'imaginer une généralisation de ce modèle, il convient de noter que le domaine concerné par l'initiative n'est pas sélectionné au hasard. En effet, même s'il représente un axe de nécessaire excellence pour les banques (autour duquel leurs investissements sont, d'ailleurs, en constante augmentation), il n'est pas au cœur de leur différenciation concurrentielle. Bien au contraire, le responsable de la sécurité d'USAA considère que la coopération à l'échelle du secteur est essentielle pour une meilleur efficacité.

Il n'en reste pas moins que le principe d'ouverture d'une partie des actifs des institutions financières au monde extérieur est sans conteste un thème à explorer. Qu'il s'agisse de logiciels, d'algorithmes, de données…, le patrimoine constitué au fil des innovations technologiques recèle probablement d'une multitude d'opportunités. À l'heure où les modèles économiques traditionnels de la banque sont menacés, ces dernières ne peuvent être négligées. Mais, bien sûr, cette voie n'est ouverte qu'aux entreprises qui possèdent une véritable avance sur le marché. N'est pas USAA qui veut…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)