C'est pas mon idée !

vendredi 3 février 2017

La réalité augmentée au service des malentendants

Lloyds Banking Group
Le Royaume-Uni compte 11 millions de personnes souffrant d'une déficience auditive et, parmi elles, 250 000 pratiquent la langue des signes britanniques (BSL), radicalement différente de l'anglais courant. C'est pour ces dernières que Lloyds Bank expérimente [PDF] actuellement une application de traduction en réalité augmentée…

Le fait est peu connu des « entendants », mais les dialectes par signes (qui sont, de plus, distincts selon les régions du monde) ne sont pas de simples transcriptions des langues parlées courantes : leurs structures de phrase, leurs constructions, leurs grammaires… ont leurs propres particularités. À tel point que, pour la plupart des individus dont il s'agit du principal moyen de communication, il s'avère souvent extrêmement difficile de comprendre un texte écrit en anglais (ou en français ou autre).

Dans ces conditions, la documentation habituelle des produits et services financiers constitue fatalement un problème majeur, susceptible de devenir un véritable facteur d'exclusion (supplémentaire). Déjà complexes à appréhender par une partie des consommateurs, les prospectus, les descriptifs d'offres, les contrats… apparaissent rapidement indéchiffrables à tous ceux pour lesquels ils sont rédigés dans ce qui est, en pratique, une seconde langue. Heureusement, la technologie fournit un recours !

Langage des signes en réalité augmentée

Afin de répondre à ce défi, Lloyds, estimant que 50 000 de ses clients sont directement concernés, a initié un test – qu'elle souhaite désormais étendre plus largement – avec une application mobile spécialisée, Signly. Elle permet à son utilisateur d'obtenir facilement une présentation en langue des signes britannique du contenu d'un document ou d'un site web : déclenchée par la reconnaissance photographique d'un contenu ou d'un QR code, la vidéo d'un interprète apparaît en superposition du support original.

L'enjeu de l'accessibilité est fréquemment négligé mais, outre l'impératif (par ailleurs progressivement inclus dans les réglementations) de non discrimination envers les personnes souffrant de handicaps, l'exigence de transparence du monde moderne en fait un axe important de différenciation concurrentielle. Les efforts réalisés parfois en vue de rendre plus lisibles et plus compréhensibles le jargon des institutions financières doivent également porter sur les besoins des minorités, dans toute leur diversité…

Naturellement, l'approche retenue par Lloyds est, pour l'instant, relativement artisanale, puisque l'outil proposé ne permet de consulter que des vidéos pré-enregistrées de contenus spécifiques. Toutefois, grâce aux progrès rapides des technologies, il est aisé d'imaginer que, dans quelques années, la réalité augmentée, le traitement du langage, l'intelligence artificielle, l'animation vidéo… permettront de fournir aux malentendants une solution automatique de traduction « à la volée » de n'importe quel texte ou discours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)