C'est pas mon idée !

vendredi 23 décembre 2016

Chase rend le score de crédit plus transparent

Chase
Les banques américaines sont de plus en plus nombreuses à offrir à leurs clients un accès gratuit à leur score de crédit. Chase est l'une des dernières à rejoindre le mouvement et elle y ajoute une nouvelle touche de transparence, en donnant l'occasion au consommateur de mesurer concrètement l'impact de son comportement sur son évaluation.

Aux États-Unis, le score de crédit est un élément incontournable de la vie personnelle financière, notamment pour tous ceux qui désirent contracter un emprunt. Longtemps maintenu dans le secret des professionnels du secteur, notamment entre les fournisseurs et les banques, sa diffusion s'est largement démocratisée ces derniers temps, à la « faveur » des innombrables vols et autres détournements de données personnelles dont il permet de détecter l'exploitation à des fins d'usurpation d'identité.

Chase fait donc désormais partie des établissements qui proposent à tout un chacun (et non uniquement à ses clients, en l'occurrence) de consulter son score de crédit, grâce à son service « Credit Journey ». Derrière les seuls chiffres, celui-ci révèle également, explications détaillées à l'appui, les facteurs pris en compte dans la mesure : emprunts en cours, taux d'utilisation des lignes de crédit, retards de paiement signalés… Un mécanisme d'alerte, relativement classique, est en outre intégré à l'application afin d'aider l'utilisateur à repérer les fraudes potentielles sur son profil.

Toutefois, la véritable originalité de la solution se trouve dans une option de simulation, procurant un aperçu des conséquences d'un certain nombre d'événements courants – de la souscription d'une carte de crédit ou d'un prêt à l'accumulation de dépassements d'échéance de règlement, en passant par le changement de plafond sur une carte existante… – sur le score de crédit, dont une projection est alors directement restituée.

Chase Credit Journey

L'objectif est de mieux faire comprendre aux consommateurs le fonctionnement de la gestion de risques : si le principe du score de crédit leur est (normalement) familier et si les paramètres qui l'affectent leur sont suffisamment répétés pour espérer qu'ils les connaissent, rien ne vaut une démonstration empirique pour fixer les idées. Visualiser, par exemple, que le fait de régler ses factures en retard régulièrement conduira à une augmentation du taux d'intérêt (voire un refus pur et simple) d'un emprunt hypothécaire a plus de chance de frapper les esprits que les incantations génériques habituelles.

A contrario, l'absence en France d'un équivalent « officiel » aux scores de crédit (sachant que des méthodes similaires sont tout de même employées, en totale opacité) soulève la question de la sensibilisation des individus aux risques de leurs pratiques en matière de finances personnelles. Vaut-il mieux décourager (ou même interdire) les notations explicites (en laissant appliquer d'autres critères de sélection, parfois douteux) afin d'éviter de possibles dérives et abus ? Ou serait-il préférable de jouer la carte de la transparence et espérer améliorer de la sorte les comportements des principaux intéressés ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)