C'est pas mon idée !

mercredi 17 février 2016

Le crédit aux TPE d'iZettle inonde l'Europe

iZettle
C'était une promesse quand la startup annonçait sa levée de fonds l'été dernier, la voilà transformée en réalité : après ses débuts en Allemagne et au Royaume-Uni, iZettle propose maintenant (ou bientôt ?) une solution de crédit à ses clients dans tous les pays européens dans lesquels elle est présente, dont la France, l'Espagne, les Pays-Bas…

Le lancement et les premiers succès de Square aux États-Unis avaient déclenché une vague mondiale de popularité – et de clones – pour les solutions d'encaissement par carte sur mobile. Par la suite, le soufflé est retombé, notamment quand il est apparu que le modèle économique de ces sociétés était difficilement viable et quand les banques ont commencé à proposer à leurs clients des produits similaires. De là à enterrer le sujet, il n'y a qu'un pas… qu'il serait cependant peut-être hâtif de franchir.

Elle-même copiée sur une fonction déployée par Square il y a presque deux ans, la nouveauté qu'introduit aujourd'hui son alter ego le plus important en Europe constitue justement une réponse possible à ces deux problématiques. Son offre « iZettle Advance » représente en effet à la fois une source de revenus complémentaire non négligeable et un sérieux potentiel de différenciation concurrentielle, au moins sur une partie de son marché cible, à savoir les très petites entreprises.

iZettle Advance

L'approche est pourtant presque triviale : connaissant parfaitement les flux financiers de ses clients, puisqu'elle traite leurs encaissements, la startup est en mesure de proposer une avance de trésorerie parfaitement ajustée à leurs capacités d'emprunt. En ajoutant un processus de mise en place simple et rapide ainsi que des mécanismes de remboursement transparents et adaptatifs (prélèvement direct sur les recettes, modulé en fonction des évolutions du chiffre d'affaires), l'expérience devient incomparable.

iZettle se positionne de la sorte sur un créneau plus ou moins délaissé par les banques, celles-ci rechignant à financer des petites structures dont elles appréhendent mal les risques et auxquelles elles ne consacrent pas tous les efforts qu'elles mériteraient. En outre, la facilité d'accès au crédit est un critère déterminant pour des entrepreneurs qui préfèrent employer leur temps à développer leur activité plutôt qu'en démarches longues et incertaines auprès d'un conseiller souvent peu compréhensif.

Avec cette initiative, iZettle introduit une brèche supplémentaire dans l'un des principaux métiers historiques de la banque – le crédit aux PME –, aux côtés des plates-formes de crowdlending et, surtout, des géants du commerce en ligne (Amazon en tête), qui, eux aussi, profitent de leur connaissance de leurs clients et exploitent les opportunités que procurent les nouvelles techniques d'analyse de données pour s'imposer comme partenaires incontournables lorsque survient le besoin de financement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)