C'est pas mon idée !

dimanche 24 janvier 2016

Ford crée son porte-monnaie virtuel

FordPass
Quand il est question de créer une nouvelle expérience, centrée sur le client, les frontières traditionnelles entre secteurs industriels ont naturellement tendance à s'estomper. Voilà comment Ford en arrive à empiéter toujours un peu plus sur le territoire des institutions financières, créant maintenant son propre porte-monnaie virtuel.

Plus qu'un simple slogan commercial, la volonté du constructeur de devenir une entreprise de l'automobile et de la mobilité traduit une véritable ambition de s'immiscer dans la vie quotidienne de ses clients, au-delà de la fourniture et de la maintenance d'un véhicule. Après ses premiers pas au cœur de l'économie du partage, avec son offre de financement dédiée, le prochain lancement (mondial ?) de FordPass représente une étape supplémentaire dans la prise en compte des attentes des individus.

Fondée sur une logique de redéfinition de la relation entre constructeur et consommateur, FordPass se présente comme une plate-forme – ouverte à tous, propriétaires de voitures de la marque ou pas – proposant des services pratiques aux automobilistes. Parmi ceux-ci, l'attention est notamment attirée par les options de recherche et de réservation de parking (fournies par ParkWhiz et Parkopedia), d'une part, et la location de véhicules entre particuliers pendant les voyages (en collaboration avec FlightCar), d'autre part.

En effet, la particularité de ceux-là est de permettre le paiement via le porte-monnaie virtuel FordPay, qui devrait rendre les transactions totalement transparentes pour l'utilisateur. Et il ne s'agit là que d'un début : le co-voiturage et les transports multi-modaux, entre autres, sont déjà évoquées comme extensions possibles, à court ou moyen terme. En ouvrant le champ, il est facile d'imaginer d'autres applications, comme par exemple avec McDonald's et 7-Eleven, partenaires de FordPass par ailleurs…

A smarter way to move

Le concept de FordPay peut prêter à sourire, il n'en soulève pas moins des questions potentiellement dérangeantes. Après tout, la voiture est tellement ancrée dans le quotidien d'une grande partie de la population (et pas uniquement aux États-Unis) que le principe d'une expérience utilisateur optimale organisée à partir d'elle n'est pas plus incongru – probablement beaucoup moins, en réalité – que d'envisager qu'elle puisse émaner d'une banque. Autrement dit, du point de vue du consommateur, le porte-monnaie de l'automobile peut avoir du sens et une certaine légitimité.

Pendant que Brett King invente le futur véhicule autonome possédant son propre compte bancaire ou que Visa présente un prototype de voiture connectée, Ford prend les devants et concrétise dès aujourd'hui quelques-unes de leurs idées. Or, de toute évidence, l'impact de telles évolutions – qui vont nécessairement s'étendre et s'accélérer – sur les modèles historiques de la banque peut être considérable. Il devient donc urgent d'appréhender le monde de demain et d'inventer ses services financiers…

Information repérée grâce à Michal Kisiel (thanks!)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)