C'est pas mon idée !

jeudi 15 octobre 2015

Crowdfunding : ING joue la complémentarité

ING
Bien que le crowdfunding entre progressivement dans les banques – sous la forme d'investissements, de collaborations, voire à travers la création de plates-formes dédiées –, ces initiatives restent souvent indépendantes de leurs métiers historiques. ING Belgique est l'une des premières à miser sur une véritable complémentarité.

L'établissement vient en effet de conclure des partenariats avec deux acteurs de référence du crowdfunding, Seedrs et KissKissBankBank. À la différence d'autres opérations similaires, il ne s'agit pas ici seulement de promouvoir des outils de financement alternatifs auprès des entreprises. Au contraire, l'ambition affichée par ING est, très clairement, de diversifier et enrichir son propre catalogue de solutions (de crédit, essentiellement), de manière à pouvoir toujours leur proposer le produit correspondant le mieux à leur besoin et à leur contexte.

En pratique, la banque procure à ses clients un accès privilégié aux deux plates-formes partenaires : une procédure accélérée leur permet de déposer leur dossier en quelques clics (une partie des informations nécessaires peut vraisemblablement être transmise directement), en bénéficiant d'un accompagnement rapproché. La demande est ensuite évaluée dans un délai maximal garanti de 48 heures et, en cas d'accord, la campagne de financement est aussitôt lancée. En résumé, la promesse faite à l'entrepreneur est de lui faire gagner un temps précieux et de maximiser ses chances de succès.

La vision d'ING à tavers cette initiative comporte plusieurs dimensions, bénéfiques autant pour elle que pour ses clients. Il s'agit, tout d'abord, d'inciter les entrepreneurs à ne pas se tourner systématiquement et exclusivement vers le crédit pour toutes leurs recherches de financement. Entre autres bonnes pratiques, la combinaison de plusieurs sources – un prêt bancaire, des donations sur KissKissBankBank, des participations au capital avec Seedrs… – peut constituer un moyen simple de rendre un projet plus solide.

Accueil Seedrs

Bien entendu, de manière plus prosaïque, les solutions de ses partenaires permettent également à la banque d'offrir un recours à ses clients lorsqu'elle rejette leurs demandes de crédit. Mais, en particulier sur des dossiers innovants, présentant un risque difficilement mesurable avec ses méthodes classiques de scoring, elle met intelligemment en avant les avantages potentiels d'une démarche de crowdfunding, en laissant entendre qu'elle peut être sensible aux résultats d'une campagne – constituant une première validation d'un modèle – à l'occasion d'une future sollicitation.

Certes, le tableau ainsi dressé semble un peu idyllique. Il n'en représente pas moins ce que devrait être un partenariat fructueux entre institutions « traditionnelles » et FinTech, notamment quand la seconde se positionne sur un marché où les premières ne sont pas présentes. En l'occurrence, la complémentarité entre les différentes formes de crédit que propose ING et le financement par donations ou par investissement en capital est tellement évidente que cette opération prend immédiatement tout son sens, dans une logique d'alignement parfait avec les attentes des clients.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)