C'est pas mon idée !

dimanche 7 juin 2015

Prochaine disruption : l'information financière

Alibaba
Considérée parfois comme l'une des premières startups FinTech (avec la création en 1981 de ses terminaux d'information financière en temps réel), Bloomberg est elle-même en passe de se voir attaquer par les nouveaux « barbares », qui prennent ici la forme d'une collaboration entre deux géants chinois, Alibaba et Shanghai Media Group.

Aux termes de l'accord que viennent de signer le leader du commerce en ligne et l'un des plus importants groupes de média de la région, le premier investit l'équivalent de près de 200 millions de dollars dans China Business News, filiale spécialisée du second, afin de développer conjointement une entreprise de diffusion d'information et de données financières, capitalisant sur leurs expertises respectives, notamment les capacités d'Alibaba en matière de « cloud computing » et de « big data ».

L'ambition est d'abord d'ouvrir largement aux entreprises l'accès à une ressource jusqu'à présent précieusement réservée à quelques privilégiés, en particulier dans les institutions financières. Comme l'indique Jack Ma, l'emblématique PDG d'Alibaba, l'ère des technologies de l'information est vouée à être remplacée par la « technologie des données », portant avec elle l'avènement de la transparence et du partage. Il s'agit donc d'offrir à tous les clients les moyens de tirer de la valeur des données disponibles.

Aucun détail n'est fourni, à ce stade, sur la forme concrète que prendra l'initiative, ni sur son planning. Ce qu'il est possible d'imaginer est un service de diffusion en temps réel de données quantitatives et d'informations non structurées, qui permettra aux responsables d'entreprises – petites ou grandes – comme aux investisseurs de disposer des éléments nécessaires à leurs prises de décisions quotidiennes, par exemple pour gérer leur trésorerie ou choisir une stratégie de couverture de risques.

Cependant, au-delà de la seule mise à disposition de l'information, il faudra également procurer à ces futurs utilisateurs les outils qui seront capables de les guider et les assister dans son exploitation. Or, c'est justement là où se retrouve l'approche la plus distinctive d'Alibaba et où la référence à « big data » (ainsi qu'à la « technologie des données ») prend toute sa dimension, laissant entrevoir la véritable différence avec les solutions existantes (dont celle de Bloomberg).

Tous les ingrédients d'une rupture majeure sont présents dans cette initiative : renversement des modèles économiques (en l'occurrence l'abandon du marché de haut de gamme), ciblage d'un segment de marché jusqu'alors ignoré, application de nouvelles technologies… Alibaba continue de la sorte à étendre son emprise – déjà colossale – sur le secteur financier. Et, si sa stratégie est aujourd'hui focalisée sur le territoire chinois, il faut craindre le jour où elle s'ouvrira sérieusement à l'international.

Alibaba

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)