C'est pas mon idée !

samedi 28 mars 2015

Mobilité bancaire, le match France-Angleterre

U.K. Department for Business, Innovation and Skills
Tandis que, en France, un projet de loi est tout juste en préparation [PDF] afin de faciliter un peu plus le changement de banque pour les particuliers, le Royaume-Uni accueille désormais son premier comparateur en ligne basé sur les données de transactions réelles du candidat à la migration. L'écart de maturité se creuse rapidement…

Ainsi, les dernières propositions du Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) hexagonal évoquent la mise en place – dans le cas d'un transfert de compte d'un fournisseur vers un autre – de méthodes d'échange automatisé des informations relatives aux mandats de prélèvements et autres virements récurrents, ainsi qu'un mécanisme d'alerte sur les chèques présentés après clôture. Bien que le résultat soit presque identique pour le consommateur, cette approche est tout de même en retrait par rapport au service britannique équivalent, notamment en termes de fiabilité.

Par ailleurs, depuis que la procédure de migration de compte a été mise en place, en 2013, le gouvernement de sa majesté a accru la pression sur les institutions financières. L'étape suivante, initiée la même année, consistait – à travers le programme « midata » à inciter ces dernières à offrir à leurs clients un accès à leurs données bancaires. Un an plus tard, les 6 principaux établissements du pays s'inclinaient et acceptaient de participer à l'entreprise. Encore 9 mois et voici donc la concrétisation des efforts.

Présentation de midata par GoCompare

C'est Gocompare.com – comparateur web couvrant une multitude de domaines (argent, assurance, voyage, énergie…) – qui lance ainsi le premier outil de recherche personnalisée de compte courant. Finies les évaluations à l'aveuglette, dans lesquelles l'internaute précise tant bien que mal ses besoins en fonctions de ses habitudes (plus supposées que réelles). Ici, l'utilisateur transmet l'historique de ses opérations, obtenu en quelques clics auprès de sa banque, et le site lui indique l'offre optimale pour le comportement budgétaire déterminé par l'analyse de ces données.

Grâce à ce dispositif, qui n'est certainement pas le dernier qu'engendrera le programme « midata », le changement de banque n'aura jamais été plus simple pour le consommateur britannique, depuis la recherche de la solution qui lui convient le mieux jusqu'à la migration effective de ses comptes. Étonnamment, il n'aura même pas été nécessaire de légiférer pour arriver à ce résultat, au moins pour les 6 enseignes concernées actuellement, qui ont simplement cédé à la menace réglementaire.

Et voilà comment un gouvernement tient sa promesse de stimuler la concurrence bancaire grâce à des initiatives technologiques, en soutenant plus particulièrement les nouveaux entrants (qui se multiplient). Pendant ce temps, en France et dans beaucoup d'autres pays, on en est encore à tergiverser sur les moyens de fluidifier les échanges d'information entre établissements, en vue d'accélérer une mobilité des comptes qui continue à reposer largement sur des procédures manuelles…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)