C'est pas mon idée !

samedi 15 novembre 2014

A quoi ressemblerait une compagnie d'assurance créée avec Kickstarter ?

Kickstarter
Dans le secteur de l'assurance plus que dans tout autre, l'innovation tend à s'imposer à petits pas, sans rupture majeure. Alors, pour imaginer ce qu'il pourrait devenir dans quelques années, un analyste de Celent, Tom Scales, propose de se projeter dans la peau d'un entrepreneur qui lancerait une nouvelle compagnie via Kickstarter

Le but de l'exercice n'est bien évidemment pas de suggérer à quiconque de se lancer dans une telle entreprise (encore que…), mais plutôt de démontrer aux acteurs historiques combien l'environnement actuel est différent de celui-dans lequel ils ont bâti leurs modèles et en quoi cela affecte la manière d'envisager l'assurance du monde d'aujourd'hui. Pour ce faire, il leur suffit de se poser la question : en partant de rien, comment serait conçue leur concurrente numérique de demain ?

Avant d'aborder les facteurs les plus intéressants, commençons immédiatement par ce qui constitue un obstacle majeur : le capital. En effet, les besoins de financement pour établir une compagnie d'assurance restent importants. Ils ne sont pas raisonnablement à la portée du crowdfunding (tant pis pour Kickstarter…) et l'argent des investisseurs se fait rare. Pourtant, ces mêmes barrières n'empêchent pas quelques banques startups d'émerger. L'idée n'est donc peut-être pas si utopique qu'il y paraît.

D'un point de vue opérationnel, comment un projet de ce type pourrait-il être assemblé ? En fait, rien de plus simple : les briques nécessaires sont désormais disponibles auprès de fournisseurs tiers. Services commerciaux et marketing, gestion financière et comptable, actuariat… tout peut être sous-traité. La vente directe, par internet ou via un centre d'appel (externalisé), est également prête à remplacer les agents. Il est presque possible de gérer une compagnie sans salariés : bienvenue dans l'entreprise virtuelle !

Naturellement, ce n'est pas ainsi que l'innovation parviendrait à s'emparer de l'assurance et cette approche ne ferait que reproduire les modèles existants, dans une version plus efficace et agile. Il peut certes s'agir d'un objectif en soi, parfaitement légitime. Ou bien elle pourrait poser les fondations d'une autre vision, dans laquelle une partie de l'activité, banalisée, s'appuie sur des solutions industrielles, tandis que la compagnie concentre ses efforts sur ses domaines d'excellence (par exemple l'expérience client ?).

Lever ou coucher de soleil ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)