C'est pas mon idée !

lundi 21 juillet 2014

Visa crée un centre d'innovation à San Francisco

Visa
Comme toutes les institutions financières du monde, Visa est aujourd'hui menacée par la transformation des comportements des consommateurs et l'émergence d'une nouvelle concurrence – jeunes pousses du paiement mobile et écosystème du bitcoin, entre autres – qui ne pense qu'à grignoter, sinon faire tomber, son empire.

Cependant, en dépit de quelques initiatives ponctuelles au cours des dernières années, le géant des paiements n'a toujours pas, jusqu'à maintenant, exposé une stratégie claire face aux immenses défis qui le guettent. Même si on n'en est pas encore là, son annonce de l'ouverture, au cœur de San Francisco, d'un grand centre technologique dédié à l'innovation dans les paiements, doté d'importants moyens, pourrait marquer un infléchissement sensible des priorités dans l'entreprise.

En plus de quelques 500 collaborateurs, les bureaux du « Visa One Market » sont également destinés à accueillir des partenaires, clients et autres acteurs de la communauté locale de startups, dans l'objectif affiché de faire émerger collaborativement les solutions de paiement de demain. Là, l'ambition de Visa est d'œuvrer à rester le leader de son marché quand les appareils connectés (gadgets à porter sur soi, internet des objets…), seront devenus les instruments essentiels du commerce de détail.

Accueil du Visa One Market

Les moyens consacrés au centre sont colossaux (il couvrira plus de 10 000 m2) mais l'approche associée reste hélas très floue. Il semble en effet illusoire d'espérer que le seul fait d'être présent à proximité de la Silicon Valley, d'y installer une immense équipe chargée d'imaginer les futurs produits et d'y stimuler les échanges avec les entrepreneurs du cru soit suffisant pour dynamiser l'innovation. Les efforts à déployer pour espérer obtenir des résultats vont bien au-delà, alors que Visa n'évoque qu'un environnement favorable à l'expérimentation et l'interaction…

L'inauguration des lieux ne donne d'ailleurs pas beaucoup plus de raisons d'être optimiste quant au chances de succès de l'opération : la grande nouveauté qui était présentée à cette occasion, « Visa Checkout », s'avère n'être qu'une évolution mineure de « V.me » (qu'il remplacera), le porte-monnaie virtuel de la marque, lancé en 2012 et qui, selon toute vraisemblance, ne parvient pas à trouver sa clientèle (comme je m'y attendais peu après son lancement). Le ton du « One Market » serait-il ainsi donné ?

Il n'est évidemment jamais facile pour une grande organisation de se mettre en ordre de marche en vue d'entamer sa révolution interne. A l'heure où cette dernière est plus que jamais indispensable pour sa survie, Visa a au moins pris conscience de l'enjeu et elle est prête à y consacrer les ressources nécessaires. Malheureusement, elle prend le risque, avec son approche, de rester sclérosée dans sa culture historique. A moins que l'ambiance de San Francisco ne réussisse à dynamiter ses habitudes et prouve la valeur de ce centre d'innovation pourtant mal parti ?

Visa Innovation Center

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)