C'est pas mon idée !

mercredi 16 avril 2014

Fidor libère la banque 2.0

FidorTecs
Depuis 2009, Fidor Bank développe (en Allemagne) une autre vision, communautaire, de la relation bancaire. Dorénavant, son modèle est également mis à la disposition d'établissements tiers, par l'intermédiaire de sa filiale technologique FidorTecs. Celle-ci vient d'annoncer [PDF] un premier partenariat avec une institution financière européenne.

La nouvelle offre, baptisée « Fidor Operating System » (fOS en version courte), est composée d'un ensemble de briques logicielles, couvrant tous les services déployés au fil des ans par la startup bancaire : compte courant, gestion de communautés, paiements… Sa conception est entièrement modulaire (notamment via des APIs ouvertes), ce qui permet d'intégrer facilement des fonctions provenant d'autres fournisseurs. De plus, elle adopte un modèle « libre » (open source), donnant à ses utilisateurs toute latitude de l'adapter à leurs propres besoins.

La solution est destinée aussi bien aux (hypothétiques ?) acteurs établis qui se laisseraient séduire par l'approche révolutionnaire de Fidor qu'à des spécialistes des paiements, acteurs des télécommunications et autres, qui souhaiteraient proposer une offre enrichie à leurs clients, ou encore à des jeunes pousses qui voudraient créer leur propre banque (répliquer Fidor Bank en France, quelqu'un ?). Dans ces derniers cas, outre sa technologie, la société peut aussi mettre à disposition sa gamme de produits et services financiers, sous couvert de sa licence officielle.

Offre FidorTecs

Le nouveau partenaire de FidorTecs – dont le nom n'est pas cité – va, dans un premier temps, développer un prototype sur la base de fOS, qui lui permettrait de proposer une offre bancaire originale. Cette dernière pourrait être ensuite déployée dans plusieurs pays (chacun disposant de son « système cœur » adapté au contexte local). L'expérimentation en cours n'est évidemment qu'un début, qui devrait au moins apporter la preuve des capacités de la solution et affirmer sa valeur sur le marché.

Non contente de bousculer les institutions traditionnelles, Fidor Bank veut donc maintenant affronter les fournisseurs de progiciels spécialisés, dont il est vrai que les produits restent souvent tristement banals. Le paiement par Twitter, la finance participative, les communautés de trading… directement intégrés au sein de la plate-forme sont quelques-unes des caractéristiques exclusives qui marquent la différence de fOS. Voilà donc une belle opportunité de faire émerger de nouvelles banques 2.0 à travers le monde !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)