C'est pas mon idée !

jeudi 27 mars 2014

Mergerize veut prédire les fusions-acquisitions

Mergerize
Après 2 ans d'existence, la « sagesse des foules » semble plutôt bien réussir à Estimize, qui a adopté ce modèle pour révolutionner les prévisions de résultats des entreprises. Forte de ces débuts encourageants, la startup vient de lancer Mergerize, qui décline l'idée dans le domaine des fusions-acquisitions.

Pour mémoire, le concept mis en œuvre consiste à collecter les prédictions d'une « foule » de participants, dont la moyenne sera, selon la théorie de James Surowiecki, plus fiable que celle de chaque expert pris individuellement. Dans le cas d'Estimize, il est appliqué aux annonces des résultats et les estimations fournies peuvent donc compléter, sinon remplacer, les fameux « consensus d'analystes » tellement critiques pour le fonctionnement des marchés modernes et pourtant rarement justes.

Aujourd'hui, la plate-forme rassemble 4 000 analystes – qui affirment ainsi, dans une certaine mesure, leur confiance dans l'approche – et 25 000 autres contributeurs individuels, couvrant collectivement un millier de valeurs boursières. Plusieurs études académiques, dont une réalisée par l'équipe de recherche de Deutsche Bank, ont confirmé la pertinence des prévisions émises par Estimize, à la fois parce qu'elle sont plus proches de la réalité mais aussi, et surtout, parce qu'elles reflètent beaucoup plus précisément les attentes du marché.

La nouvelle venue, Mergerize, reprend les mêmes recettes, en ciblant donc les rumeurs de fusions-acquisitions. L'objectif pour les participants est de proposer les entreprises qu'ils considèrent comme cibles potentielles de ce genre d'opérations, en précisant une échéance et un montant pour la transaction supposée. Petite nouveauté par rapport à Estimize, les commentaires sont particulièrement bienvenus, permettant aux contributeurs, par exemple, de décrire le raisonnement qu'ils appliquent et offrant un peu de contexte aux seules évaluations chiffrées.

Mergerize

Comme dans le cas des résultats des entreprises (pour lesquels il est finalement plus important de connaître le sentiment du marché que leur réalité), l'objectif avec Mergerize n'est pas nécessairement de prédire l'avenir. Il s'agirait plutôt d'offrir aux investisseurs des indicateurs de tendance, utiles dans la gestion de leurs portefeuilles, voire de permettre à des entreprises concernées par les rapprochements de détecter des opportunités grâce à la foule. Rien n'est cependant figé à ce stade, encore expérimental, et les usages restent à inventer…

En perspective, Estimize ne considère Mergerize que comme une première étape dans l'extension de son champ d'action. Le domaine des fusions-acquisitions est un préambule à la couverture d'une multitude d'événements dans la vie des entreprises, dont la prédiction peut avoir un intérêt pour les marchés financiers. Pourraient ainsi s'ajouter progressivement au périmètre, entre autres, les introductions en bourse, les approbations de mise sur le marché (dans le secteur pharmaceutique)…

L'euphorie passagère autour de la « sagesse des foules » est désormais largement retombée et, pour ne prendre que l'exemple le plus caricatural, les acteurs qui promettaient de prédire les cours de bourse sont plus ou moins tombés dans l'oubli. Avec des sociétés comme Estimize, elle commence à laisser la place à une vision pragmatique, dont la valeur tend à s'affirmer concrètement, dans la durée, et sans promesses excessives (et irréalistes).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)