C'est pas mon idée !

mercredi 15 janvier 2014

Quantopian démocratise l'algo-trading

Quantopian
Parmi les secteurs les plus susceptibles d'être transformés par la révolution numérique, le trading reste, étonnamment, l'un des moins touchés. Selon John Fawcett, CEO de Quantopian, la situation devrait cependant évoluer : il estime que d'ici 10 ans, la part de la gestion d'actifs algorithmique passera de 5 à 50, voire même 70%.

Naturellement, il espère que la startup qu'il a co-fondée en 2011 avec Jean Bredeche participera activement à cette transition. Pour ce faire, Quantopian fournit une plate-forme permettant à tout un chacun de concevoir, tester, exécuter et, le cas échéant, commercialiser des algorithmes de trading. Encore à la recherche de son modèle économique, la société vient de procéder à un tour de financement qui devrait l'aider à poursuivre sa croissance, notamment en termes de nombre d'utilisateurs.

A ce stade, le service offert comprend un riche environnement de développement (en langage Python) et une source de données complètes sur les actions américaines, disponible à tout instant pour évaluer les stratégies mises en œuvre, autant sur les cours historiques (depuis janvier 2002) que sur les marchés « live ». La possibilité d'exécuter les ordres automatiquement – via une connexion à des plates-formes spécialisées – est actuellement en test, elle devrait être déployée plus largement dans les mois à venir.

Environnement de test de Quantopian

Complément indispensable à toute entreprise contemporaine, surtout dans le domaine de l'investissement, un espace collaboratif est ouvert aux membres de la communauté Quantopian pour discuter de leurs stratégies, poser des questions ou échanger des conseils. Plus intéressant, les concepteurs d'algorithmes peuvent également, s'ils le souhaitent, mettre leurs réalisations à disposition des autres participants – sachant qu'ils conservent toujours l'entière propriété de leurs idées et que, par défaut, la confidentialité de ces dernières est strictement garantie.

Les conseillers en patrimoine et autres gestionnaires de fonds peinant régulièrement à afficher de bonnes performances stables, leur métier est directement menacé par des automates devenant désormais capables de reproduire leurs raisonnements avec une rigueur absolue. Aujourd'hui, plusieurs startups (dont Betterment, aux États-Unis, ou Anatec, en France) promettent des rendements optimisés avec leurs modèles propriétaires. Demain, peut-être, Quantopian (ou QuantConnect, dont le modèle est très proche) démultipliera ces opportunités, en ouvrant la conception d'algorithmes de trading à la foule des internautes…

Information repérée grâce à Anatec (merci !)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)