C'est pas mon idée !

dimanche 22 septembre 2013

Plaid ouvre la banque aux développeurs

Plaid
Seules 2 banques, Crédit Agricole et Axa Banque, ont, à ce jour, ouvert leurs données aux développeurs tiers et, déjà, une difficulté est apparue : chacune a défini ses propres interfaces, incompatibles entre elles. Résultat, les applications doivent être (en partie) ré-écrites pour prendre en compte ces différences…

Les fondateurs américains de Plaid, eux-mêmes confrontés à cette problématique dans une vie antérieure, ont décidé d'y apporter une solution. Elle prend la forme d'une API ("interface de programmation applicative") universelle qui, idéalement, permettrait aux développeurs d'accéder de la même manière aux données de toutes les institutions financières (du monde ?). Une perspective encore lointaine mais la plate-forme est déjà capable de se connecter aux systèmes d'American Express, Bank of America, Wells Fargo et Chase.

L'approche de la startup se veut pragmatique. Elle se concentre sur une difficulté spécifique rencontrée par les applications financières : les transactions présentes dans les relevés de compte ont généralement des descriptions codées, souvent impossibles à exploiter. La mission qu'elle se fixe est donc "simplement" de rendre compréhensibles les informations disponibles, transformant par exemple un libellé "SBXUSQ0112x" en "Starbucks Coffee, 41 Union Square West, NYC 10003", en y ajoutant d'autres informations utiles, telles que les coordonnées géographiques du lieu.

Page d'accueil Plaid

Bien sûr, Plaid n'est pas la première à proposer un accès standardisé aux données bancaires. Yodlee est la plus connue et ses interfaces vers plusieurs centaines d'institutions financières sont déjà largement utilisées. Sa technologie est cependant relativement complexe, la réservant de fait à des acteurs disposant de moyens importants et/ou dont le cœur de métier requiert la collecte et la gestion des transactions (notamment les solutions de PFM). Autre exemple, de notre côté de l'Atlantique, l'Open Bank Project a aussi une ambition assez large.

En comparaison, l'attrait de la plate-forme de Plaid est bien sa simplicité. Du côté des utilisateurs, elle devrait permettre une démocratisation de l'exploitation des données, dans des secteurs variés. Les fondateurs de la société imaginent ainsi, entre autres, d'apporter un niveau supplémentaire d'automatisation aux outils de gestion de notes de frais ou de calcul des impôts et taxes. Mais la simplicité concerne aussi, vraisemblablement, l'autre versant de la solution : la connexion à la banque passe apparemment par les options de téléchargement de transactions, ce qui limite fortement les risques de sécurité et facilite drastiquement l'intégration.

Cette stratégie, relativement modeste, pourrait devenir un excellent moyen de déclencher une prise de conscience des opportunités que représente l'ouverture des données aux développeurs, d'une part en mettant en évidence le marché potentiel qui pourrait être touché par des services de ce genre, mêmes élémentaires, et, d'autre part, en démontrant que, au moins dans un premier temps, une telle initiative peut être lancée facilement et en toute sécurité. Si, en plus, Plaid parvient à imposer son "standard", un pas de géant aura été accompli…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)