C'est pas mon idée !

lundi 23 septembre 2013

[Hors sujet] Et si BlackBerry disparaissait ?

BlackBerry
Mois après mois, les perspectives s'assombrissent pour BlackBerry, autrefois numéro 1 de la mobilité dans les entreprises. Pourtant, parmi ces dernières, nombreuses sont celles qui n'ont pas changé de stratégie, continuant à équiper leurs collaborateurs comme si de rien n'était. Ne serait-il pas temps pour elles de préparer un plan B ?

Les dernières nouvelles du fabricant canadien n'ont rien de rassurant : une perte de (presque) 1 milliard de dollars sur les comptes trimestriels, confirmant l'échec de sa nouvelle gamme de smartphones, des ventes continuellement en baisse, l'abandon du segment grand public (en plein boum de la consumérisation !) et la poursuite de la recherche d'un repreneur potentiel. Seule annonce positive pour les aficionados de la marque, le service de messagerie BBM arrive (difficilement) sur iPhone et sur Android. Les professionnels seront peu impressionnés…

Face à cette débâcle, la pénétration de BlackBerry dans les entreprises – qui constituent donc désormais la seule cible stratégique du constructeur – dessine un paysage contrasté. Selon IDC, elle est passée de 70% à 5% en moins de 3 ans, aux États-Unis, et de 31% à 8%, globalement, sur la même période. Cependant, dans les grandes organisations (plus de 10 000 salariés), ce taux reste plus élevé, à 38% (33% pour le secteur financier, en particulier).

Car, malgré la vogue des politiques "BYOD" ("Bring Your Own Device", permettant aux collaborateurs d'utiliser leur appareil personnel à des fins professionnelles), les pratiques n'ont quasiment pas changé et les catalogues internes des entreprises continuent à lister les téléphones BlackBerry comme choix préférentiel, souvent exclusif. De plus, et ce n'est pas pour arranger les affaires du fabricant, ce sont les anciens modèles qui sont proposés, le nouveau système "10" de la marque n'ayant pas la maturité requise, selon les décideurs.

Il ne faut pas être devin pour détecter dans cette dépendance un risque majeur, alors que le mobile a pris une place critique dans le fonctionnement des grandes entreprises (par exemple dans les plans de continuité d'activité, en cas de sinistre). Or, il semblerait que les clients de BlackBerry n'en prennent pas totalement la mesure, à moins qu'ils ne perçoivent tout simplement pas la réalité de la situation désastreuse de leur fournisseur préféré.

Il est donc temps de lancer une alerte aux entreprises : sont-elles prêtes à affronter l'hypothèse d'une disparition de BlackBerry ? Il ne s'agit pas entièrement d'un scénario de science-fiction. Au rythme auquel s'accumulent les pertes et s'évaporent les revenus, la fin pourrait être très rapide. La possibilité est d'autant plus proche que les perspectives d'une vente de la société "en bloc" deviennent bien minces, notamment après le rachat de Nokia par Microsoft.

Les conséquences d'une mort prématurée ne se limiteraient évidemment pas à la perte d'un fournisseur de téléphones parmi d'autres. En effet, la particularité des BlackBerry, qui a été son arme de séduction massive auprès des grandes organisations, est son infrastructure de messagerie sécurisée. Celle-ci est centralisée, sous le contrôle direct du constructeur : si elle est arrêtée, elle emporte avec elle une bonne partie des moyens de communication de l'entreprise…

Le pire n'est pas certain mais il est possible. Pour ceux qui sont encore fortement dépendants du fabricant, il est indispensable de s'y préparer et de disposer d'une alternative testée, éprouvée et validée au cas où il se produirait. Et voilà peut-être une intéressante opportunité pour renforcer des politiques BYOD encore embryonnaires…

Annonce de dernière minute : la vente de BlackBerry serait en bonne voie, à un fond d'investissement, Fairfax Financial. Que deviendra la société maintenant ? Poursuite des activités ou démantèlement avec vente de la propriété intellectuelle ? On le découvrira peut-être bientôt…

BlackBerry abandonné

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)