C'est pas mon idée !

mercredi 29 mai 2013

L'innovation chez RBC se met au hackathon

RBC
La banque canadienne RBC n'est pas étrangère aux initiatives d'innovation ouverte, qu'elle décline notamment à travers son programme "Next Great Innovator Challenge", lancé en 2006 à destination des étudiants. Jusque là consacré à une collecte d'idées, celui-ci prend une nouvelle forme cette année avec l'organisation, pour la première fois, d'un hackathon.

Sous-titre "événement de prototypage" ("prototyping event"), ses modalités de fonctionnement présentent tout de même quelques particularités intéressantes par rapport aux standards du genre. Tout d'abord, le thème à traiter est fixé par la banque et sera annoncé aux participants une semaine avant le "grand soir". Cela leur laissera donc (seulement) 7 jours pour préparer leur réponse au défi posé et commencer à définir les contours de ce qu'ils souhaiteront proposer.

La session de "codage" proprement dite commencera le vendredi 21 juin à 18:00. L'objectif sera alors pour les équipes inscrites (comprenant 1 à 5 étudiants) de concevoir et réaliser tous les éléments demandés pour prétendre à la victoire : une description du concept imaginé, un prototype opérationnel (sous forme d'une application web ou mobile), une présentation de 2 minutes pour le premier tour d'évaluation et une présentation de 10 minutes pour la finale.

RBC Next Great Innovator

Bien que le dispositif soit présenté comme un hackathon de 24 heures, en réalité, les équipes commenceront à être jugées à partir de 11:00 le samedi matin. A 14:00, 5 finalistes seront désignés, qui disposeront d'une heure supplémentaire pour peaufiner leur présentation. Les vainqueurs, qui se partageront 5000 dollars, seront annoncés à 17:00. Ainsi, pour un concours essentiellement axé sur les capacités de développement, 17 heures seulement pourront être consacrées à exercer celles-ci (en sus de la semaine de préparation)...

Pour RBC, l'objectif de cette édition du défi est double : d'une part, les conditions générales, qui précisent l'exigence de transfert des droits sur toutes les idées et réalisations présentées, laissent à penser que la perspective de détecter une solution innovante méritant d'être développée fait partie des options envisagées. D'autre part, et plus visiblement, le concours s'adressant à des étudiants d'université, il a vocation à permettre de détecter des talents. Des opportunités de rencontrer des recruteurs de la banque sont d'ailleurs prévues pendant le déroulement de l'opération.

Depuis les premiers hackathons organisés dans des contextes de startups (ou équivalents), les banques semblent maintenant de plus en plus décidées à adopter ce modèle pour dynamiser leurs pratiques d'innovation. Un aspect intéressant de cette transition vers des structures plus "lourdes" est la diversité des approches choisies par les différents établissements, entre, par exemple, celle-ci de RBC, les FinAppsParties de la Caixa (plus "ouvertes", à mon sens) et les initiatives à vocation sociale de Barclays et JP Morgan Chase.

Il est vrai que l'extrême dépendance des institutions financières vis-à-vis de l'informatique et de la production de logiciel mérite bien de fournir des efforts particuliers afin d'attirer les meilleurs talents, que ce soit pour délivrer ponctuellement des solutions innovantes ou à des fins de recrutement...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)