C'est pas mon idée !

vendredi 18 janvier 2013

Le gouvernement britannique choisit l'identité numérique de PayPal

PayPal
Lorsque le Canada fait appel au secteur privé pour gérer l'identité numérique de ses contribuables, le choix se porte sur les banques et leur expertise de la sécurité. Quand le gouvernement britannique se lance dans une démarche similaire, aucune banque ne figure parmi les 8 sociétés retenues. En revanche, PayPal est du lot !

Les autres participants au projet sont, pour la plupart, des spécialistes de la gestion d'identité, auxquels se joignent The Post Office (la poste britannique, qui propose, il est vrai, services financiers, assurances et autres produits divers et variés) et Verizon (opérateur de télécommunication).

PayPal était l'un des membres fondateurs de l'Open Identity Exchange (OIX), mis en place pour établir un dialogue entre le gouvernement et le secteur privé sur le sujet de l'identité numérique. Outre cet intérêt immédiat pour l'initiative, c'est aussi son incomparable expérience des transactions en ligne qui a conduit à sa sélection.

Identification PayPal

Piloté par le "GDS" ("Government Digital Service", équipe chargée de la transformation numérique du gouvernement), le projet "Digital Assurance" a pour objectif d'adopter les services de tiers pour gérer l'identité des citoyens et opérer leur identification sur les sites de l'administration. Ainsi, après avoir fait valider son identité par le fournisseur de son choix (parmi les 8 retenus), l'utilisateur pourra accéder aux services publics avec ses identifiants habituels (par exemple ceux qu'il utilise avec PayPal).

Dans un premier temps, le service des retraites et, plus particulièrement, les demandes de règlement de pension serviront de plate-forme de test. l'objectif est cependant d'étendre le système très rapidement à toutes les administrations nationales et, dans la mesure du possible, locales. Cette ambition explique d'ailleurs la relative lenteur du déploiement, car les parties prenantes veulent s'assurer d'une compatibilité maximale.

Comme dans toutes les initiatives de ce genre, le recours à des acteurs établis pour gérer l'identité des contribuables est dicté par un ensemble de critères, de la rationalisation des coûts à la simplification de l'accès aux services publics (en réduisant le nombre de mots de passe que chaque individu doit retenir). En perspective (lointaine), c'est même une vision d'identité universelle qui est esquissée.

Or, alors que les banques sont généralement associées à un tel chantier, en raison de leur maîtrise des problématiques d'identification, en ligne et sur d'autres canaux, et de leurs capacités en matière de gestion d'identité, il est extrêmement étonnant de constater leur absence ici. Qu'elles aient choisi de ne pas se porter candidates (aucune n'est membre de l'OIX) ou que leurs dossiers aient été rejetés, elles ont raté une occasion de s'introduire sur un marché où leur légitimité leur donnait un certain poids...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)