C'est pas mon idée !

dimanche 27 janvier 2013

Brèves en vrac

Moyens de paiement innovants, banque et médias sociaux, nouveautés sur les GABs, acteurs disruptifs, ce sont là les thèmes de quelques actualités récentes méritant de ne pas être totalement ignorées...


Dwolla
Bien que moins connue que les Square et autres PayPal, la jeune startup américaine Dwolla continue à révolutionner le secteur des paiements. Signe d'une crédibilité croissante indiscutable, sa solution est désormais en voie d'adoption dans le secteur public, notamment par le gouvernement de l'état d'Iowa, sa région d'origine.

Comme pour tous les commerçants, petits et grands, qui se sont déjà laissés séduire, les 2 arguments qui font la différence pour ces nouveaux "clients" sont le facteur "temps réel" et, surtout, les économies potentielles. Le fonctionnement du réseau mis en place par Dwolla permet en effet de réaliser les transferts immédiatement, facilitant ainsi la gestion des flux. Et ses coûts sont pratiquement imbattables en comparaison des systèmes existants, chèques ou virements.

Dans un contexte universel de maîtrise des dépenses publiques, et alors que les contribuables demandent toujours plus de facilité d'accès aux services gouvernementaux, il est logique que les choix se portent sur les solutions les plus efficaces, même dans les organisations les plus conservatrices. Ce devrait être une leçon pour les banques qui, dans cette même position d'institutions immobilistes, se voient désormais ravir leurs marchés par plus agiles qu'elles.


Nationwide
La personnalisation des services est une tendance majeure dans tous les secteurs d'activité. Il est ainsi souvent question de permettre à l'utilisateur de configurer ses options favorites sur les sites web, bancaires ou autres. Pour la britannique Nationwide, l'idée a aussi été déclinée sur ses GABs et les résultats qu'elle affichait récemment montrent que les consommateurs l'apprécient.

Le principe est d'une simplicité déconcertante : au fur et à mesure de ses retraits (ou autres opérations), les automates de la banque "apprennent" automatiquement quelles sont les transactions préférées de chaque client. Celles-ci peuvent alors être proposées en priorité dès l'insertion de leur carte. Naturellement, les éventuels changements d'habitude sont également pris en compte, après un temps d'adaptation.

Pour les utilisateurs, le gain de temps, même mineur, est un avantage indéniable. D'ailleurs, les 3 millions de transactions réalisées de cette manière en quelques mois, sur les 2000 distributeurs de Nationwide, tendent à confirmer l'intuition. Et, pour la banque, outre le surcroît de satisfaction des clients, il s'agit aussi d'un moyen d'améliorer la "productivité" de ses appareils...


Caisse d'Epargne
Petit à petit, toutes les banques mettent en place un service après-vente (SAV) sur les médias sociaux, en particulier sur Twitter, qui semble devenir le terrain de prédilection pour ce genre d'initiatives. La dernière arrivée est la Caisse d'Epargne, dont le compte dédié est désormais disponible pour répondre aux questions des internautes.

Rien d'exceptionnel dans cette démarche, qui reste au contraire tout à fait classique. En particulier, les petits défauts habituels sont au rendez-vous : horaires de fonctionnement limités, de 9:00 à 18:00 du lundi au vendredi (il faudra bien un jour réaliser que le web ne ferme jamais !), tendance à renvoyer les demandes vers les agences... Une assistance sur Twitter est aujourd'hui un passage obligé pour les banques mais les efforts restent encore mal adaptés aux nouveaux comportements "sociaux".

Information repérée grâce à Sémaphore Conseil (merci !)


Finansemble
Pour finir, il me reste à signaler le lancement de Finansemble, une startup faisant un peu figure d'OVNI, avec son modèle d'achat groupé pour les produits et services financiers. Son concept consiste donc à proposer à ses membres des offres promotionnelles dont les conditions deviennent d'autant plus avantageuses qu'elles ont plus de souscripteurs.

J'avoue être un peu sceptique sur cette approche, l'achat groupé en "club" me semblant plus pertinent pour des produits de la vie courante. De plus, se pose obligatoirement la question de son avantage par rapport à des courtiers ou des sites de comparaison en ligne, même si les les fondateurs de Finansemble affirment que leur indépendance et la primauté de l'intérêt de l'internaute sont leurs valeurs différenciatrices.

Néanmoins, peut-être les conseils prodigués, organisés par grands profils (étudiant, actif, senior...), et les forums d'entraide apporteront la touche d'originalité qui séduira les consommateurs...

Page d'accueil Finansemble

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)