C'est pas mon idée !

jeudi 10 mai 2012

Simple, autant sur mobile que sur le web

Simple
Sans que j'en sois un fan inconditionnel et en dépit de la lenteur de son développement, je continue à être fasciné par la démarche de Simple (ex-BankSimple). L'annonce du lancement de son application pour iPhone (enfin !) nous donne une nouvelle occasion d'imaginer comment devrait être conçue la banque du futur, en particulier sur mobile.

Comme l'explique la startup, les applications bancaires actuelles pour smartphone donnent souvent l'impression d'avoir été pensées après coup, en déclinant, autant que possible, les services en ligne existants. Ici, au contraire, la réflexion sur le mobile constitue la priorité, car un outil "bien fait" doit être capable d'améliorer la vie financière de son utilisateur, en lui délivrant les informations dont il a besoin, quand il en a besoin.

Tout d'abord, toutes les fonctions disponibles sur le site de Simple sont intégrées : le "Safe to Spend" (montant "à dépenser", prenant en compte le solde du compte et les transactions en instance), la consultation enrichie des transactions (avec, par exemple, la géolocalisation du commerçant), la catégorisation des opérations et l'ajout de commentaires, le moteur de recherche intelligent (sur l'intégralité de l'historique), le paiement de factures et l'émission de virements, l'appel direct du service client et même une option de demande de rappel...

Simple sur iPhone

Mais le mobile a ses propres modèles d'usage, qui justifient aussi un certain nombre de fonctions spécifiques. Ainsi, le dépôt de chèque via photo est "naturellement" intégré, de même que l'inévitable service de localisation de GABs ou encore une option permettant d'utiliser l'application pour valider les transactions "sensibles", via une notification sur le téléphone et une demande de confirmation, le tout étant traité en temps réel.

Au-delà de la simplicité qui lui a donné son nom, le trublion de la banque met aussi, justement, l'accent sur la rapidité et la réactivité. Au niveau de l'ergonomie, cela se traduit par un accès rapide aux informations les plus utiles, en minimisant le nombre d'actions requises. Plus surprenant, le dispositif d'authentification, dédié, requiert un unique code à 4 chiffres pour accéder instantanément à l'application ! Et la vidéo de présentation illustre l'avantage du temps réel, pour contrôler, catégoriser et commenter une dépense quelques secondes après l'avoir réalisée :


A voir cette application et son fonctionnement, on comprend mieux ce que ses concepteurs sous-entendent lorsqu'ils écrivent qu'"ils placent le mobile en premier" : ce qui pouvait laisser perplexe dans les services en ligne commence à prendre un nouveau sens lorsqu'on le re-découvre sur un téléphone. Par exemple, alors que, dans ma première analyse, j'exprimais des réserves sur le moteur de recherche, celui-ci se révèle tout à coup beaucoup plus utile...

Comme si toute la démarche avait été effectivement pensée initialement pour le mobile, puis déclinée et implémentée sur le web, qui ne serait appelé à devenir, à terme, qu'un canal d'appoint !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)