C'est pas mon idée !

samedi 25 février 2012

Paiement mobile et carte prépayée, la combinaison magique ?

Parmi les grands réseaux, MasterCard fait facilement figure de retardataire dans le secteur, en ébullition, du paiement mobile, même si ses concurrents ne concrétisent pas toujours leurs annonces fracassantes. Sa stratégie est tout de même en train de se dessiner : elle sera faite de partenariats et de mariage entre téléphone et carte prépayée. Une carte prépayée qui a le vent en poupe actuellement puisqu'American Express l'exploite aussi pour affermir ses positions.


MasterCard
Du côté de MasterCard , tout d'abord, il faut se rendre à l'évidence : les modèles de paiement alternatifs ne semblent pas être au cœur de ses préoccupations. La société se "contente" plutôt de développer sa solution sans contact PayPass et de conclure des partenariats (dont Google Wallet) pour l'intégrer dans le mobile.

Cependant, tout en gardant sa ligne de conduite, la société est peut-être en train d'opérer un vrai pas hors de ses bases. Ainsi le "Mobile Money Partnership Program" qu'elle vient d'annoncer et qui accueille déjà 3 partenaires technologiques (Comviva, Sybase 365 et Utiba), cible (modestement !) les 2,5 milliards d'individus, dans le monde entier, ayant un accès limité à des services financiers. A ceux-ci, elle veut offrir des services de base : paiement en ligne, règlement de factures, échanges d'argent entre personnes (P2P)... ainsi qu'une carte prépayée pour les achats en point de vente.

Le choix de s'appuyer sur des partenaires pour développer cette offre permet à MasterCard non seulement de s'affranchir de l'investissement dans un projet technologique qu'elle n'est peut-être pas en mesure d'assumer seule mais aussi de capitaliser sur le réseau de clients existants de ses partenaires (les 3 premiers ont ainsi 200 opérateurs de télécommunication et banques dans leurs portefeuilles, servant plus d'un milliard de consommateurs).


NetSpend
Dans un registre assez différent, le distributeur américain netSpend annonce le lancement d'une carte prépayée MasterCard, que son porteur pourra lier à son compte PayPal pour en tirer tous les avantages.

Ainsi, en complément des classiques retraits sur GAB et du rechargement en ligne ou en point de vente, l'association avec PayPal permettra de bénéficier d'un compte d'épargne, d'un programme de cash back, d'alertes en temps réel, d'outils de gestion de budget...


Boku
MasterCard s'est également associé à Boku, fournisseur d'une solution de paiement (en ligne) déportée sur la facture téléphonique. Celle-ci s'écarte sensiblement de sa cible initiale des micro-paiements puisqu'une carte prépayée (physique ou virtuelle, intégrée au téléphone mobile) sera désormais proposée aux clients, pour leurs achats en boutique.

Avec ces exemples, il est clair que l'objectif de MasterCard est uniquement de développer la pénétration de ses moyens de paiement "traditionnels" (cartes et solution PayPass embarquée dans le mobile). Elle n'hésite pas à accompagner des acteurs proposant des solutions originales mais, visiblement, elle ne souhaite pas innover elle-même. A voir les difficultés de Visa à créer son porte-monnaie électronique, c'est peut-être la raison qui l'emporte, mais cette stratégie risque d'être dangereuse à long terme...


AmEx Serve
Pour American Express, sa plate-forme de paiements électroniques et mobiles Serve propose depuis son lancement une carte prépayée associée aux comptes en ligne. Mais, selon une information du site American Banker, ce seront bientôt toutes les cartes prépayées de la marque qui seront gérées via le site Serve, bénéficiant au passage de ses services additionnels, notamment les promotions et coupons de réduction.

L'ambition de Serve est d'attirer des clients qui n'ont pas accès aux (relativement) prestigieuses cartes de crédit (le site précise immédiatement qu'aucune vérification de crédit n'est nécessaire pour s'inscrire). La convergence avec les cartes prépayées, dont la cible est la même, est donc naturelle. Elle permettra certainement de mutualiser une part des efforts (technologiques et marketing, en particulier) et de renforcer les synergies entre les solutions, qui ne rencontrent peut-être pas automatiquement le succès escompté à leur origine ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)