C'est pas mon idée !

dimanche 11 décembre 2011

Prédictions 2012 (4) : Deloitte

Prédictions
Les exercices de prédiction des tendances futures se suivent et se ressemblent. Ainsi, pour Deloitte, comme pour les autres, mobile, social, cloud et décisionnel seront les stars de 2012. Le cabinet adopte cependant une perspective assez particulière en isolant (aussi) quelques sujets plus précis au sein de ces thèmes généraux.

Les 10 prédictions de Deloitte sont séparées en deux groupes, l'un, des "facilitateurs émergents", constitué de 5 technologies déjà plus ou moins maîtrisées qui reviennent sur le devant de la scène et l'autre, des "déploiements disruptifs", comprenant 5 tendances nouvelles capables de déclencher des transformations de rupture.

Facilitateurs émergents
  • Visualisation géo-spatiale. Les représentations de l'information (en particulier pour l'analyse) profitent de l'explosion de données géo-localisées, issues des usages mobiles, de l'enrichissement collaboratif ("geo-tagging") et/ou de nouvelles sources émergentes.

  • Identité numérique. Entre les besoins des entreprises (notamment les services financiers) de gérer les identités en ligne (de leurs clients ou de leurs collaborateurs) et la prise de contrôle de chaque individu sur sa (ou ses) propre(s) identité(s), la sujet devient toujours plus complexe.

  • Données en marche. Les organisations commencent à tirer avantage de la masse considérable d'information, structurée ou non, simple ou complexe, d'origine interne ou externe. Ces approches ne se substituent pas aux outils décisionnels "classiques" mais viennent plutôt les compléter.

  • Innovation mesurée. Le DSI est dans une position idéale pour détecter les tendances technologiques qui transformeront les métiers comme pour améliorer progressivement les processus en vigueur dans l'entreprise. L'"innovation mesurée" est une approche pragmatique pour atteindre ces deux objectifs souvent contradictoires.

  • Architecture "ouverte". La flexibilité de l'organisation devient critique et, pour la promouvoir, les modèles en silos qui prédominent doivent être remplacés par des approches "ouvertes" ("outside-in"), basées sur des écosystèmes évolutifs.

Déploiements disruptifs
  • Business social. Le développement des médias sociaux dans le grand public est en passe de transformer le fonctionnement des entreprises. Les premières manifestations réussies de ce changement ont ciblé les consommateurs mais la véritable valeur se réalisera à travers l'ensemble de l'organisation.

  • Nuage "hyper-hybride". Les offres de services en "cloud" (de toute nature) vont continuer à progresser et le système d'information devient une combinaison de multiples solutions, internes et externes. Le défi à venir est celui de l'intégration de ces ensembles hétérogènes, par exemple pour la gestion des identités ou l'orchestration de processus...

  • Mobilité d'entreprise. La première vague des applications mobiles, ciblant (là encore) les consommateurs, a déjà, dans certains cas, conduit à repenser les modèles classiques. Mais l'avenir verra émerger une nouvelle génération de solutions d'entreprise, répondant à des besoins beaucoup plus étendus.

  • Ludification. Les "jeux sérieux" et autres approches d'introduction d'éléments ludiques dans des processus métier vont se généraliser, pour en améliorer l'adoption, la performance et l'engagement des utilisateurs.

  • Autonomisation. Au-delà de ses effets sur l'équipement des collaborateurs, la consumérisation des technologies induit également des attentes nouvelles, qui ne peuvent être traitées que par le renversement des modes de fonctionnement, d'une vision orientée "système" à une centrée sur l'utilisateur. Et ce dernier a désormais accès à des solutions (en "cloud", notamment) qu'il peut adopter directement sans "interférence" du DSI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)