C'est pas mon idée !

lundi 5 décembre 2011

Prédictions 2012 (2) : Gartner

Prédictions
Sur les talons d'IDC, Gartner produit à son tour sa série de prédictions à l'approche de la fin d'année. Les mêmes thèmes sont à l'honneur, toutefois abordés d'une manière sensiblement différente. Et, malheureusement, les visions à long terme du cabinet nous empêchent d'évaluer la validité des pronostics établis l'an dernier.

Dans le secteur du mobile, la principale conviction de Gartner est l'imminence d'une domination écrasante par rapport aux PC traditionnels. Celle-ci se traduira par une explosion du nombre de projets ciblant, en priorité ou exclusivement, les plates-formes mobiles. Qui plus est, ces réalisations seront le domaine privilégié de l'innovation, favorisée par l'extension continue des capacités des systèmes et matériels.

Une autre tendance dans le même domaine, et qui relève aussi de la consumérisation des technologies, est la progression des appareils mobiles (téléphones et tablettes), ainsi que des interfaces web, pour l'accès à la messagerie professionnelle. Les clients "lourds" (inévitables MS Outlook ou Lotus Notes) ne représenteraient alors plus que la moitié des usages en 2016.

Dans le même registre de la consumérisation, une partie importante des dépenses informatiques va échapper au DSI (35% en 2015, pour une majorité d'entreprises), alors que les responsables "métier" et les utilisateurs finaux trouveront les solutions qui leur conviennent sur le marché, directement, sans qu'elles aient à être "contextualisées" par leur département informatique.

Du côté des réseaux sociaux, le cabinet d'analyste fait preuve d'une certaine audace en prédisant l'éclatement de la bulle des investissements, qui s'amplifie actuellement, en 2013 pour les sites grand public et en 2014 pour les plates-formes d'entreprise. Le développement à un rythme effréné de nouvelles solutions dans un marché naturellement limité n'est pas viable pour nombre des petits acteurs qui tentent d'atteindre la taille critique, alors que les géants (Microsoft, IBM, Oracle, Google, VMWare...) affirment leur présence.

En ce qui concerne les "big data", Gartner choisit de souligner la difficulté pour les organisations d'en maîtriser la complexité, qui n'est pas uniquement celle du volume des données mais concerne aussi la capacité à les analyser, de manière pertinente, en temps réel. Les analystes n'hésitent pas à déclarer qu'en 2015, 85% des grandes entreprises (les "Fortune 500") seront toujours incapables de tirer un avantage concurrentiel de ces technologies.

Soulignant l'importance du "cloud computing", une bonne partie des prédictions y sont consacrées. Il est question, par exemple, des préoccupations de sécurité et de protection des données, qui vont progressivement être domptées : d'une part les exigences d'audit indépendant de la part des fournisseurs se banaliseront (un pré-requis pour 40% des entreprises en 2016) et, d'autre part, les utilisateurs s'habitueront à héberger des données (client) sensibles dans le "nuage" (50% des grandes organisations en 2015).

Pourtant, la cybercriminalité ne faiblira pas, avec une croissance soutenue de son impact financier (10% annuellement jusqu'en 2016), due à la découverte permanente de nouvelles vulnérabilités et la mise en œuvre d'attaques de plus en plus ciblées.

Dans un registre un peu anecdotique, et toujours à propos du "cloud", Gartner estime que, progressivement, la tarification des services va isoler les coûts de l'énergie du reste de la facture, et qu'ils deviendront variables. Une bonne nouvelle pour les tenants du "Green IT", qui disposeront ainsi d'un levier supplémentaire pour leurs actions...

Les grands thèmes évoqués par Gartner ne réservent pas de surprise et il est probable qu'on les retrouvera dans tous les exercices du genre de la saison. Certaines des prédictions individuelles, par leur côté "pointu", ont malgré tout le mérite d'éveiller la curiosité et d'inciter à une réflexion un peu différente...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)