C'est pas mon idée !

mardi 25 octobre 2011

Pygg, le retour du paiement via Twitter

Pygg
"Si tu ne réussis pas du premier coup, essaye à nouveau" : ce pourrait être une maxime applicable aux startups, prises dans leur globalité. Le "paiement social", particulièrement via Twitter, a vu successivement échouer les premières tentatives, réorientées depuis, de TwitPay (dès 2008), SociallyPay, Swipely, Venmo et quelques autres.

Une nouvelle venue australienne, Pygg, ne se laisse pas pour autant décourager et, empruntant quelques recettes à ses aînées, auxquelles elle ajoute ses propres spécificités, lance le dernier né des services de paiement P2P via Twitter, qui ne ressemble finalement à aucun autre.

La finalité de Pygg est de faciliter les échanges d'argent entre amis : pour réaliser un transfert, il suffit de "tweeter" un message mentionnant le compte du destinataire et le montant à envoyer (par exemple, "@pygg pay @cestpasmonidee $20", merci !). Si le bénéficiaire n'est pas encore inscrit, il sera invité à le faire pour recevoir son dû. Selon la même logique, un simple message permet de "consulter" le solde de son compte à tout moment.

Car la première particularité de Pygg (par rapport à TwitPay, entre autres) est de gérer un compte pour chacun de ses utilisateurs, qui devra donc être alimenté, par PayPal ou carte bancaire, pour réaliser des paiements. Cette approche permet à la startup d'afficher une gratuité totale pour les transferts, seules les transactions d'alimentation du compte étant facturées (2,5 AUD).

Le mode de fonctionnement retenu laisse deviner une deuxième originalité : tous les tweets envoyés à Pygg, paiement ou consultation de solde, et les réponses reçues sont, par nature, publics et donnent donc une dimension communautaire aux échanges d'argent, un peu à l'image, sur un domaine plus restreint, des expérimentations de SociallyPay ou Swipely.

Pygg sur Twitter

Le service de Pygg peut paraître anecdotique et il n'est même pas certain qu'il puisse survivre dans le monde relativement peu sécurisé de Twitter. Mais il offre, à mon avis, 2 leçons intéressantes. La première est la déclinaison et la combinaison d'idées pré-existantes pour concevoir un produit original (celui-ci est incontestablement plus séduisant, par ses différences substantielles, que les prédécesseurs que j'ai cités). La seconde est l'utilisation des technologies disponibles pour les enrichir, dans le cas présent avec Twitter pour les échanges (en profitant de son accessibilité universelle, sur le web, sur mobile...) et PayPal pour la gestion des paiements "réels" (y compris pour les transactions par carte).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)