C'est pas mon idée !

jeudi 27 octobre 2011

Bank of America adopte le FinApp Store de Yodlee

Bank of America
Pour Bank of America, la gestion de finances personnelles (PFM) ne suffit (déjà) plus, il faut maintenant franchir une nouvelle étape. Celle-ci prend la forme du FinApp Store de Yodlee, une boutique en ligne d'applications et de services financiers accessibles à la demande, qui devrait être intégré dans l'offre de banque en ligne de la géante américaine.

Les relations entre les deux partenaires ne datent pas d'hier : la banque était la première à choisir la solution d'agrégation de comptes de Yodlee en 2006 (devenant du même coup une des premières à fournir un "vrai" service de PFM à ses clients), avant d'investir dans la jeune entreprise en 2008. Aujourd'hui, elle se positionne donc aussi comme une pionnière de l'adoption du concept d'AppStore décliné pour les services financiers.

Le FinApp Store, dévoilé il y a un an, promettait alors, aux développeurs de logiciels, un accès simple aux données gérées par la plate-forme d'agrégation de Yodlee et, aux institutions financières, une intégration "immédiate" d'une multitude de nouvelles applications innovantes dans leurs services de banque en ligne.

Depuis, 250 développeurs se sont inscrits et la boutique comporte déjà une cinquantaine de solutions (dont bon nombre créées par Yodlee, toutefois), gratuites ou payantes, dans des registres aussi variés que la préparation des déclarations d'impôts, la distribution personnalisée de coupons de réduction, la protection d'identité ou encore le paiement P2P (avec PayPal). L'adoption par une des plus grandes banques mondiales va certainement susciter un regain d'intérêt parmi les fournisseurs.

Avec le partenariat annoncé, cette palette d'outils sera prochainement accessible aux clients de Bank of America, dont le service de banque en ligne va ainsi se transformer progressivement en "plaque tournante" pour répondre à tous les besoins "financiers" de ses utilisateurs. Pour ceux-ci, l'ajout de nouveaux services "à la demande" constituera aussi une excellente manière de personnaliser leur expérience de la banque en ligne.

Outre l'effet positif (potentiel) sur la fidélisation de sa clientèle et la possibilité de capitaliser sur la créativité de développeurs externes (ou internes, d'ailleurs), la banque peut également espérer tirer un profit direct de son initiative, certaines des applications étant conçues pour générer des revenus (par exemple dans le domaine des coupons de réduction). Et l'avantage majeur de la solution de Yodlee est que l'intégration des applications est "transparente" pour la banque, une fois la mise en place initiale réalisée.

Alors que les banques françaises sont déjà très en retard dans le domaine de la gestion de finances personnelles (seule Boursorama est "au niveau", avec, justement, la solution de Yodlee), la génération suivante de la banque en ligne "enrichie" est déjà en train de se dessiner de l'autre côté de l'Atlantique. L'écart entre l'offre et les attentes des consommateurs se creuse dans l'hexagone et il sera vite comblé par des startups agiles et innovantes. Il serait dommage de passer à côté de l'opportunité de créer les services de demain...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)