C'est pas mon idée !

vendredi 2 septembre 2011

Premier verdict pour WePad, la co-création selon WeBank

WeBank pour iPad
Vous souvenez-vous de WePad Project, l'initiative de co-création lancée par la banque en ligne italienne WeBank en février dernier ? Cinq mois après la fin des séances de remue-méninges et des appels au public pour concevoir une application iPad "révolutionnaire", le concept est devenu réalité [lien iTunes], sur l'AppStore d'Apple. Il est donc temps pour nous de faire un bilan de cette démarche.

Autant aller droit au but : de mon point de vue, l'application est une déception et la "révolution" promise devra encore attendre.

Pour commencer, la partie purement bancaire est loin d'être au niveau de l'état de l'art puisqu'elle n'intègre que le consultation des soldes de compte et des détails des opérations, l'exécution et le suivi de virements et les options, déjà disponibles en ligne, de rechargement de comptes prépayés et de paiement de factures.

De manière étonnante, la partie plus originale, directement attribuée aux "innovateurs" du projet (les 6 "experts" et les internautes) n'a finalement que très peu de rapport avec les préoccupations financières de ses utilisateurs. Elle est d'ailleurs ouverte à tous les propriétaires d'iPad, clients ou non de WeBank.


Elle comprend ainsi un agenda, un gestionnaire de tâches, un lecteur de flux d'information (RSS), un accès direct à la "radio" en ligne de la banque (une série de podcasts dédiés à l'éducation et l'information financière), une sélection de vidéos (sur YouTube)... Il est difficile d'imaginer quel avantage les utilisateurs pourraient trouver à accéder à ces fonctions au sein d'une application bancaire plutôt que dans un des multiples outils spécialisés, bien plus riches, disponibles sur l'AppStore. J'attribuerai tout de même une mention spéciale à l'intégration de Twitter, qui permettra aux clients de contacter leur service client directement depuis l'application.

Toujours dans le registre "positif", et bien que n'en perçoive pas bien l'intérêt dans cette implémentation, je note une option de sécurité que je défends depuis des années sans en avoir vu, jusqu'à maintenant, d'exemple. Il s'agit de la procédure d'authentification à deux niveaux : la consultation d'information sur les comptes est accessible par un mot de passe mais pour réaliser des opérations, le client devra saisir un second code secret. Voilà une solution qui permettrait de fournir ses codes d'accès (de consultation) en relative sécurité aux plates-formes d'aggrégation de comptes (PFM - gestion de finances personnelles) et autres portails personnalisés de type iGoogle ou Netvibes.

Pour en revenir à la démarche de co-création de WeBank, il est difficile de conclure sur la question cruciale : succès ou échec ? Essayons malgré tout d'en tirer quelques enseignements. Tout d'abord, le délai de concrétisation s'est avéré un peu trop long et/ou mal synchronisé. Jusqu'au mois de juin, il subsistait encore une certaine effervescence autour de WePad Project mais celle-ci est totalement retombée pendant la période de vacances et l'intérêt pour l'application s'en ressent. J'estime qu'il aurait fallu livrer le résultat, peut-être en version beta (qui aurait permis de relancer une vague de suggestions publiques ?), en 3 mois au maximum, ce qui me semblait faisable.

Du point de vue du "contenu" de l'application, la démarche elle-même ne peut probablement pas être mise en cause. Je vois plutôt la raison des "égarements" de l'équipe WePad dans un manque de cadrage de ses objectifs, ce qui aurait dû être le rôle de son animateur. A moins qu'il ne s'agisse d'un choix délibéré que je ne comprends pas...

En conclusion, les autres banquiers peuvent se réjouir : l'application mobile révolutionnaire reste à inventer et vous disposez de quelques points de repère utiles pour réclamer le titre !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)