C'est pas mon idée !

samedi 23 juillet 2011

Le FinTech Innovation Lab présente ses premières startups

FinTech Innovation Lab
Programme d'incubation de startups lancé en décembre 2010 à l'initiative du fonds d'investissement de la ville de New York, avec l'appui logistique d'Accenture, le FinTech Innovation Lab s'est donné pour objectif de promouvoir le développement de l'innovation technologique dans le secteur de la finance. Il est accompagné par 10 des plus grandes banques mondiales (dont aucune française) et une sélection de firmes de capital risque, qui apportent leurs conseils aux entrepreneurs.

Les 6 premières startups, sélectionnées en mars dernier, viennent d'achever leur cycle d'incubation et leurs réalisations, développées et peaufinées sur 3 mois, ont donc pu être présentées au public. Je vous propose une petite revue de 4 d'entre elles (je suis moins convaincu par les 2 autres).


Aqumin
Aqumin combine ses expertises du traitement graphique, du calcul à haute performance et des marchés de capitaux pour créer une solution de visualisation de données interactive, en 3D et en temps réel. Utilisable avec diverses sources de données, elle cible des applications variées, du trading au suivi de risques, en passant par l'analyse décisionnelle, par exemple.


CB Insights Mosaic
Avec Mosaic, CB Insights fournit aux investisseurs, gestionnaires de fortune et autres (acheteurs d'entreprise ou établissements de crédit, par exemple) un service d'analyse de la "santé" des PME. Sa particularité est d'exploiter la myriade d'informations disponibles publiquement, sur Internet, pour réaliser son diagnostic.


Lenddo est ma préférée de cette sélection : adoptant une idée que j'évoquais ici il y a quelques mois, elle veut créer un système de "scoring social". La jeune pousse cible prioritairement les classes moyennes des pays émergents, qui n'ont souvent pas accès au crédit, faute de pouvoir justifier de leur "fiabilité" financière.

La solution de Lenddo consiste à demander aux inscrits d'ouvrir un accès à leur "graphe social", sur la plupart des plates-formes publiques en vogue (Facebook, Twitter, LinkedIn...), à partir duquel les algorithmes propriétaires de la startup établissent un score de réputation. Celui-ci peut également être amélioré en recueillant les recommandations de ses amis directement sur le site de Lenddo.

Lorsqu'un prêt est consenti à un utilisateur, son déroulement (ponctualité des remboursements, incidents de paiement...) affectera les scores de tous les membres ayant apporté leur caution, entretenant ainsi une dynamique de communauté.

Notons que, malgré quelques similitudes et une cible proche (les consommateurs à la recherche de micro-crédit pour l'amélioration de leurs conditions de vie), Lenddo ne vise pas le marché des prêts-emprunts P2P ("de pair à pair").


Zipmark
Zipmark remporte la palme du mystère parmi ce panorama : sa présentation suscite l'attention, en citant un "moyen de paiement web et mobile, fonctionnant comme un chèque, mais sans papier" et en évoquant l'utilisation de codes QR. Mais il est impossible d'en savoir plus, pour l'instant. Sera-ce encore un n-ième système de paiement sans originalité ou bien apportera-t-il une vraie nouveauté dans un marché déjà encombré ? A suivre...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)