C'est pas mon idée !

lundi 20 juin 2011

Viridity mesure la consommation électrique des applications

Viridity
Qu'il s'agisse de factures en forte hausse, de dépassement des capacités d'alimentation disponibles ou de préoccupations environnementales, la consommation électrique des centres de production informatique ("data centers") est une problématique que les grandes entreprises ne peuvent plus ignorer.

La maîtrise de l'énergie passe d'abord par une mesure aussi précise que possible. Or, dans l'immense majorité des organisations, les factures d'électricité sont prises en charge par le département des moyens généraux, sans rapport direct avec la DSI et encore moins avec les directions métier "propriétaires" des applications. La nouvelle version de sa solution de gestion des infrastructures du datacenter ("DCIM", pour "Data Center Infrastructure Management") que vient d'annoncer Viridity pourrait aider à améliorer cette situation.

La nouvelle mouture du logiciel EnergyCenter propose en effet de mesurer la consommation énergétique détaillée de chaque ressource physique ou virtuelle. En définissant des groupes logiques de composants (par application, par propriétaire...), il devient ainsi possible de connaître l'utilisation d'électricité des installations au niveau le plus fin.

Pour réaliser cette prouesse, Viridity s'appuie sur une gigantesque base de données de référence, contenant les caractéristiques de consommation de "tous" les matériels du marché en fonction de leur taux d'utilisation. La solution est donc entièrement logicielle et ne requiert l'installation d'aucun capteur spécifique. L'avantage de cette approche est de simplifier (et donc de réduire drastiquement les coûts) de mise en œuvre, sans trop nuire à la précision des mesures.

Comme toutes les solutions de sa catégorie, EnergyCenter est destiné aux responsables de data centers et leur permet de suivre la consommation énergétique des installations et de réagir aux "anomalies" détectées (en particulier avec des alertes personnalisables). Mais ses nouvelles capacités laissent imaginer une (r)évolution dans la gestion des ressources informatiques.

Il deviendrait ainsi possible d'inclure la facture énergétique dans les frais de fonctionnement des applications, aux côtés des coûts d'infrastructures (matérielles et logicielles), de maintenance et d'administration, ce qui semblerait logique. A minima, informer les propriétaires des applications de leur impact sur la consommation électrique pourrait avoir un effet de sensibilisation et offrir des arguments pour une réorganisation des ressources (par exemple pour la virtualisation d'une application peu utilisée).

Les responsables des centres de production sont de plus en plus sollicités pour réduire les coûts (et, parfois, l'empreinte envionnementale) des installations qu'ils gèrent mais ils n'ont souvent de leviers d'action que sur leur efficacité énergétique globale. Il devient important d'impliquer aussi les "utilisateurs" dans les efforts à réaliser.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)