C'est pas mon idée !

lundi 30 mai 2011

Les réseaux sociaux au secours de la lutte anti-fraude

Fraude
La fraude est une préoccupation constante des acteurs du paiement, notamment en ligne et mobile. Pour les startups du secteur, la réduction du taux de transactions illicites est une question de survie et aussi, parfois, un avantage concurrentiel. C'est le cas de WePay, dont la vision originale est évoquée (effleurée, plutôt) dans un article de Rafe Needleman (CNet News).

Les protections classiques contre les malversations, en particulier l'utilisation de coordonnées de cartes volées, sont utiles mais ne s'avèrent plus suffisantes. Que ce soient la saisie d'un code de sécurité, la vérification des caractéristiques des opérations (via la géolocalisation, par exemple) ou même l'analyse des comportements de paiement, la fraude continue à sévir.

Selon Rich Aberman, fondateur de WePay, les réseaux sociaux peuvent offrir une solution à ce problème. En effet, usurper un numéro de carte est facile et personnifier le porteur l'est tout autant. En revanche, simuler une identité sur un réseau social est beaucoup plus difficile. Les comportements et les interactions des utilisateurs sur ces médias obéissent à des "règles" et des habitudes, et la détection d'"anomalies" est relativement aisée. Facebook est d'ailleurs le premier à utiliser ces techniques d'analyse pour repérer les détournements et vols de comptes : des étapes supplémentaires sont introduites dans le processus d'identification de l'utilisateur lorsque des actions suspectes sont détectées.

Pour WePay, l'identité "sociale" de ses clients leur sert de code d'accès au paiement et leurs coordonnées bancaires restent masquées en permanence. L'article ne précise pas si c'est la startup qui analyse les comportements de ses utilisateurs ou si elle fait confiance, pour ce faire, aux réseaux sociaux dont elle adopte les identifiants, mais l'idée sous-jacente est donc que ces derniers sont moins susceptibles de fraude qu'un numéro de carte.

Naturellement, si Facebook lançait sa propre solution de paiement, comme la rumeur en fait état régulièrement, il serait le mieux placé pour mettre en œuvre et valider cette idée...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)