C'est pas mon idée !

samedi 16 avril 2011

10 jours d'actualité du paiement (surtout mobile)

La frénésie qui règne dans le secteur des paiements n'a pas encore atteint son apogée, surtout autour du mobile. Les 10 derniers jours nous ont ainsi apporté un nouveau lot d'annonces, dont voici celles que j'ai retenues.


Serve
Serve, la plate-forme de paiement en ligne "à la PayPal" d'American Express, vient à peine d'être dévoilée qu'elle s'enrichit déjà d'options supplémentaires. A l'occasion de sa participation à un tour d'investissement dans Payfone, AmEx prépare en effet l'intégration du moyen de paiement de la startup avec sa solution.

Le système de Payfone est basé sur un compte virtuel, généralement adossé à la facture téléphonique, identifié par le numéro de téléphone de l'utilisateur. Le partenariat avec American Express permettra aux détenteurs de compte Serve d'inclure celui-ci parmi les "sources" disponibles pour le paiement via Payfone.

Cet ajout est anecdotique mais il pourrait constituer un premier pas dans une multiplication des options d'utilisation de Serve, qui renforcerait fortement son pouvoir d'attraction sur les consommateurs.


AisleBuyer
AisleBuyer propose depuis quelques temps une solution, sur mobile, de self-checkout, c'est-à-dire une application qui permet à l'acheteur de payer sur mobile ses achats (en boutique) sans avoir à passer en caisse.

Une nouvelle fonction vient d'y faire son apparition : la capture automatique des caractéristiques de la carte de paiement via l'appareil photo du téléphone. Cette option peut être utilisée par le client pour fournir les données de sa carte sans avoir à saisir l'habituelle litanie de chiffres et sans que ces données ne soient stockées sur son mobile.

Les technologies de reconnaissance optique continuent donc à susciter de nouvelles idées. En l'occurence, le bénéfice reste limité mais, encore une fois, l'effet ludique peut jouer en sa faveur, au moins pendant un temps...


Celle-ci ne concerne pas le mobile mais s'inscrit également dans une tendance qui prend de l'ampleur. Après, entre autres, PayPal et Mastercard, c'est donc FreedomPay, intermédiaire de paiement américain, qui ouvre sa plate-forme aux développeurs.

Les APIs ("Application Programming Interfaces", interfaces de programmation) mises à disposition permettent d'accéder à toutes les données des transactions enregistrées, pour développer de nouvelles applications, par exemple pour proposer des promotions "intelligentes" sur le point de vente.


Fiserv
Malgré l'agitation qui règne autour du paiement mobile, les institutions financières restent attentistes. C'est, en tous cas, la conclusion d'une étude réalisée par Forrester Research pour le compte de Fiserv (que l'on considèrera cependant avec prudence puisqu'elle n'a été réalisée qu'auprès de 15 établissements américains).

Contrairement à la banque mobile, qui est l'objet de toutes les attentions, le paiement mobile reste à l'écart des stratégies des institutions financières, qui attendent que des modèles économiques clairs et viables se dégagent avant d'investir le secteur. A force de procrastination, elles risquent de laisser passer les opportunités et ainsi abandonner le marché à d'autres acteurs...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)