C'est pas mon idée !

samedi 26 mars 2011

Trophées "Finance-Innovation" de Microsoft

Trophées Microsoft Finance-Innovation
A l'occasion de son Symposium de l'Innovation, Microsoft, avec la participation du pôle de compétitivité Finance-Innovation, a distingué, parmi 30 candidatures, 4 jeunes pousses françaises pour leurs solutions originales exploitant les dernières technologies de l'éditeur.

Le premier prix a été attribué à Limonetik et sa plate-forme "Limoney", qui permet de transformer les moyens de paiement alternatifs (comptes prépayés, bons cadeaux...) en un numéro de carte bancaire virtuel, utilisable sur les sites de commerce en ligne, sans impact sur ceux-ci.

Deuxièmes ex-æquo au palmarès, figurent In-Webo et Riskelia. La première propose des systèmes d'authentification forte, d'abord sur mobile et, plus récemment, via des plug-ins pour les navigateurs web. La seconde développe des modèles d'analyse de risques extrêmes, destinés à compléter les approches traditionnelles qui perdent toute pertinence dans les cas de forte rupture sur les marchés.

Enfin, le jury a eu un "coup de cœur" pour Leetchi.com et sa plate-forme de gestion des dépenses de groupes. Celle-ci facilite la création de cagnottes, portées sur un compte virtuel, qui peuvent ensuite être dépensées en ligne (en particulier avec Limonetik) ou virées sur un compte bancaire.

Je suis peut-être un peu blasé mais ce palmarès me semble assez décevant : sans vouloir dénigrer aucune d'elles, les sociétés récompensées ne sont plus toutes jeunes et leurs solutions sont relativement mûres et connues (Limonetik ou Leetchi.com), ne sont plus très originales (In-Webo) ou n'ont pas de forte valeur "technologique" (Riskelia).

L'innovation française serait-elle aussi mal en point qu'on nous le répète sans arrêt ? Je préfère croire qu'un des critères des trophées explique cette situation, à savoir l'utilisation des produits de Microsoft. En effet, aujourd'hui, les start-ups se tournent généralement vers le logiciel libre pour construire leurs plates-formes en toute liberté. Ce n'est pas le programme Bizspark de l'éditeur, avec ses conditions financières avantageuses, qui peut inverser cette tendance. Le modèle économique du géant du logiciel, ancré dans une tradition dépassée (on pourrait l'appeler le "modèle du 20ème siècle"), n'a plus beaucoup d'atouts pour séduire les créateurs d'entreprises...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)